Half Moon Run Ă  l’Ancienne Belgique: Une soirĂ©e dans les Ă©toiles

« A Blemish in the Great Light », tel est le nouvel opus Ă©blouissant du groupe montrĂ©alais Half Moon Run. C’est avec ce nouvel album que le groupe a conquit l’Europe ainsi le cĹ“ur de beaucoup de fans, pour finir la tournĂ©e automnale Ă  Bruxelles. Half Moon Run est revenu aux fondamentaux dans ce troisième album, tout en laissant une grande part d’expĂ©rimentation et de recherche artistique. Le processus s’est avĂ©rĂ© plutĂ´t fructueux au vu de la qualitĂ© de l’album qui comprends 10 titres – 10, en clin d’oeil Ă  leurs annĂ©es de carrière -.

C’est sous de longs applaudissements qu’Half Moon Run prend place sur les planches de l’Ancienne Belgique. Les quatre compatriotes font une entrĂ©e majestueuse sur une introduction digne d’une musique de film, qui a capt(iv)Ă© le public en un rien de temps.

Le premier titre est marquĂ© d’une ligne de basse intrigante, presque enivrante qu’on en oublierais le temps. Rien qu’avec cette sublime entrĂ©e, on sait qu’on va passer un bon moment. Sur scène, les quatre comparses ne communiquent que très peu avec le public, mais Ă  la place nous adressent leurs titres avec passion et fougue. Certes c’est la dernière date de l’annĂ©e, mais le groupe a visiblement gardĂ© une Ă©nergie folle sans flĂ©chir.

On constate que les quatre musiciens sont très touche-Ă -tout, entre Conner Molander, le guitariste qui joue aussi du synthĂ© et de l’harmonica, les (deux!) batteurs, Dylan Phillips et Isaac Symonds, qui jouent de la guitare et parfois du synthĂ© ou de la mandoline, ou encore le chanteur, Devon Portielje, qui peut aussi bien jouer de la batterie que de la guitare. Leur point commun ? Les harmonies vocales Ă  quatre, qui sont divinement sublimes et parfaitement accordĂ©es. En parlant de ça, c’est sous un tonnerre d’applaudissements que tout le groupe s’est mis devant un micro Ă  l’avant de la scène, afin de nous interprĂ©ter une chanson uniquement en guitares/voix.

En revanche, on n’a pas trop compris pas trop la cohĂ©rence de la setlist, oĂą se sont confondus morceaux du premier, deuxième et dernier album. On regrette de ne pas avoir pu profiter de l’entièretĂ© du dernier album (dont la tournĂ©e porte le nom), avec les excellents morceaux tels que Black Diamonds ou encore New Truth. MalgrĂ© cela on reste fans de la panoplie artistique qu’Half Moon Run a choisit de nous montrer. Plusieurs facettes, plusieurs styles.

Half Moon Run Setlist Ancienne Belgique, Brussels, Belgium 2019

Tous leurs morceaux bĂ©nĂ©ficient d’arrangements sophistiquĂ©s, travaillĂ©s au dĂ©tails près, qui nous prennent Ă  chaque fois aux tripes. Le plus en live? Les intro’s de presque chaque morceau ont Ă©tĂ© retravaillĂ©es, en plus longues et magistrales. Leurs titres ont un je-ne-sais quoi de rĂ©confortant et de bienveillant qui, grâce aussi aux interprètes, nous donnent que des good vibes et un sourire qui ne nous quittera pas !

Pas si vite ! Avant de fermer la page de cette chronique, voici le top 3 des morceaux de l’album qui valent la peine d’être écoutés en boucle, et qui sont mes coups de cœur. Tout l’album a une âme si singulière qu’il m’a été très difficile de faire un choix parmi les dix titres. Après de longues minutes de réflexion, voici mon top 3 des meilleurs titres !

1. Natural Disaster : Impossible de me sortir cette chanson de la tête depuis le concert. Il y’a une sorte de melting-pot entre différentes mélodies toutes excellemment bien pensées. La ligne du piano rajoute évidemment un charme fou, tout en harmonisant l’ensemble du titre. Bref à écouter !

2. Razorblade : Un morceau très surprenant tout autant dans ses accords que dans la direction qu’il prend au fur et Ă  mesure du temps. Au passage, il est magnifique…

3. Flesh and Blood : Un peu de nostalgie, de guitares et on se laisse littĂ©ralement emporter au grĂ© de nos pensĂ©es. Avec un tel titre, on constate que la crĂ©ativitĂ© d’Half Moon Run n’a aucune limite!

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset