ScHoolboy Q & Jay Rock à l’AB : West-Coast flow in da place!

Lundi dernier, on a pris un aller-simple pour L.A en compagnie de ScHoolboy Q et son terrible acolyte Jay Rock. Une soirĂ©e absolument badass’ sous le signe de la chaleur californienne. ScHoolboy Q avait pris l’habitude, jusqu’à l’an dernier, de sortir un album tous les deux ans, pour le plus grand plaisir de ses fans. “CrasH Talk”, dernier opus, Ă©tait prĂ©vu pour 2018 avec une tournĂ©e l’annĂ©e suivante mais le dĂ©cès de son ami et collègue Mac Miller l’a affectĂ© au point de reporter l’album et la tournĂ©e un an plus tard. C’est donc avec un immense plaisir que nous dĂ©couvrons enfin “CrasH Talk” en live, dans la belle Ancienne Belgique.

© Karel Uyttendaele for Ancienne Belgique

Après une première partie de soirée assurée et maîtrisée par Jay Rock, membre du collectif Black Hippy dont ScHoolboy fait aussi partie, il est temps de continuer les festivités sur des notes encore plus enflammées ! Les deux artistes et amis prennent donc les choses en main et chauffent un public déjà en haleine. ScHoolBoy au mic’, Jay Rock aux platines, et c’est parti pour des beats old-scHool et des paroles aussi aiguisées que des couteaux de cuisine.

© Karel Uyttendaele for Ancienne Belgique

Les deux comparses livrent un show d’une excellente qualitĂ© malgrĂ© les idĂ©es reçues que l’on peut avoir sur ce style de concert. Leur prĂ©sence est bien ancrĂ©e sur les planches de l’AB, et la communication avec le public est presque symbiotique. Au passage, ScHoolboy Q n’hĂ©site pas Ă  signer, Ă  donner des goodies pendant le concert, ou encore mĂŞme faire monter un (chanceux) fan pour le plus grand plaisir du public. Intentionnel ou pas, l’effet est lĂ  et ça fonctionne Ă  merveille. Le rappeur est un vrai showman et n’hĂ©site pas Ă  en surjouer, et Ă  raconter quelques anecdotes au public Bruxellois entre quelques morceaux. Son flow est puissant, la passion a pris possession de lui, et il vis littĂ©ralement ses textes. 

Le concert tient vraiment en haleine et on ne se lasse pas une seconde de cet univers qui peut paraître répétitif, mais l’album est doté de titres tellement bien produits. Il faut dire que ScHoolboy Q s’est entouré des meilleurs. Avec Travis Scott sur le refrain de « CHopstick », 21 savage qui apporte sa science sur le très bon « Floating », Ty Dolla Sign qui procure un vent de fraîcheur dans « Lies », ou encore avec Kid Cudi et sa signature vocale inimitable sur le refrain mélancolique de « Dangerous ».

CrasH Talk est un peu diffĂ©rent des autres albums car ScHoolboy Q a voulu tenter d’autres productions avec des beats un peu plus lents, voire parfois romantiques, ce qui crĂ©e un contraste net avec les textes. Ces derniers abordant des thĂ©matiques plutĂ´t sombres et très mĂ©lancoliques, Ă  l’instar de « Dangerous ». Entre introspection et lĂ©gèretĂ©, le rappeur reste tout de mĂŞme fidèle Ă  lui-mĂŞme grâce Ă  ses punchlines imagĂ©es et bien placĂ©es, sur des prods qui restent efficaces.

Certes l’album rĂ©pond peut-ĂŞtre moins aux exigences des industries auxquelles il a du et doit faire face, mais cela met en exergue une certaine authenticitĂ© et libertĂ© artistique. En tout cas, ici le public est conquis. Au-delĂ  de l’album, ScHoolboy Q avait bien d’autres titres en rĂ©serve Ă  nous dĂ©livrer, car au final il nous aura interprĂ©tĂ© 23 titres sur ce concert ! Vingt-trois morceaux courts, mais plus qu’accrocheurs. Pari rĂ©ussi pour ScHoolboy Q au vu des pogos, des sauts dans tous les sens, et des sourires sur les visages. 

Bref, ce fut une excellente soirée made in Cali’ !

© Karel Uyttendaele for Ancienne Belgique

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset