Interview LYNA – “Ma musique est une sorte de mĂ©lange entre mes diffĂ©rentes personnalitĂ©s”

Lyna, 21 ans, rĂ©volutionne dĂ©jĂ  le game urbain noir-jaune-rouge avec une succession de bombes musicales ainsi que des clips aux visuels soignĂ©s ! La jeune chanteuse Louvaniste n’a pas froid aux yeux en dĂ©voilant en moins d’un an deux EP’s affirmĂ©s aux influences mutliples. Grâce Ă  des singles tels que “Daddy” ou encore “Booty”, Lyna s’est classĂ©e troisième sur le podium des Redbull Elektropedia Awards (catĂ©gorie “Best New Urban) lors de l’édition 2019. Une place amplement mĂ©ritĂ©e qui marque une promesse d’une carrière musicale qui, on l’espère, s’avèrera fructueuse.

Le 29 fĂ©vrier est un jour de fĂŞte pour Lyna, puisque c’est le jour de la release party de son second EP “Lemon Haze”, au Botanique! Et pour l’occasion, nous lui avons proposĂ© une petite interview afin d’en savoir plus sur cette ascension qui ne cesse de croĂ®tre.
Solenn pour ScènesBelges : Salut Lyna! Peux-tu nous parler de tes premiers pas dans la musique ?

Lyna : J’ai commencĂ© Ă  chanter Ă  l’âge de 4 ans, car mon père est chanteur de musiques orientale et j’ai baignĂ© très tĂ´t dans la musique Ă  travers son mĂ©tier. Puis vers 8 ou 9 ans j’ai commencĂ© Ă  faire des petites vidĂ©os sur youtube avec mon grand frère. Après ça j’ai commencĂ© Ă  postuler pour des TV shows ou des sortes de concours de talents. Petite, j’ai participĂ© Ă  The Voice Kids d’ailleurs ! Ă€ la suite de ça, j’ai passĂ© beaucoup d’auditions qui n’ont pas marchĂ© dans un premier temps, et puis j’ai eu (enfin) une rĂ©ponse positive pour The Voice Vlandereen. Parallèlement, j’ai commencĂ© Ă  enregistrer en studio mes propres morceaux.

SB : Justement, Ă  propos de tes apparitions dans The Voice, quels apprentissages en as-tu tirĂ©s ?

Lyna : Alors c’était vraiment une chouette expĂ©rience, je n’avais jamais jouĂ© sur une aussi grande scène en plateau TV, et c’était aussi l’occasion d’apprendre Ă  jouer avec tout un live band qui m’accompagnait. J’ai aussi appris ce qu’était la compĂ©tition avec d’autres concurrents de ce genre d’émission.

SB : Parlons peu parlons de ta musique, comment définirais-tu celle-ci?

Lyna : C’est une question vraiment difficile pour moi, car je ne peux pas jamais ce qu’est vraiment mon style. Je dirais que c’est une sorte de mélange entre mes différentes personnalités (rires) ! Quand je crée ma musique, ou quand je suis en studio, je ne pense pas à « ce que je dois faire » ; cela me vient naturellement.

SB : Tu as sorti deux EP en moins d’un an, Gemini et Lemon Haze, d’oĂą puises-tu toute cette inspiration ?

Lyna : C’est ma vie ! Disons que ce sont plein de petites histoires inspirées de la mienne au cours de ces deux dernières années. Quand il m’arrive quelque chose, ou que j’ai quelque chose à raconter, je vais directement au studio et j’écris.

SB : As-tu rencontrĂ© des difficultĂ©s en particulier lors de la rĂ©alisation de ces EP’s ?

Lyna : Le plus dur je pense a été de choisir quels morceaux j’allais choisir de mettre en avant. J’en ai écrit beaucoup, et il a fallu faire des choix, ce qui a été assez stressant pour moi. J’ai toujours la crainte de ne pas choisir les bons ! Après c’est du bon stress, et ça a été de belles expériences à vivre.

SB : Avec tes nombreuses compositions encore cachĂ©es, un album est-il en cours ?

Lyna : Je ne suis pas sĂ»re d’être prĂŞte pour faire un album lĂ  maintenant ; probablement plus tard car j’aimerais beaucoup.

SB : De plus en plus les artistes aiment affirmer leur indĂ©pendance en se produisant eux-mĂŞmes et en crĂ©ant leurs morceaux de A Ă  Z. Est-ce aussi ton cas ?

Lyna : Pas du tout ! J’écris mes textes bien sĂ»r, mais pour ce qui est de la production cela se passe avec mes deux managers, ils sont Ă  mes cĂ´tĂ©s Ă  chaque Ă©tape de la crĂ©ation. Disons qu’ils sont un peu comme mes parents, mais dans la musique! En revanche, pour le moment nous sommes indĂ©pendants des labels, mais pourquoi pas signer plus tard…

SB : Plus tard ?

Lyna : Oui, pour le moment je chercher encore qui je suis.
Je me trouve plutĂ´t dans une phase artistique expĂ©rimentale, je teste et j’apprends beaucoup. Il y’a un cĂ´tĂ© oriental de ma voix que j’aimerais un peu plus exploiter dans le futur. Une fois que mon projet sera mis en place et qu’on saura la direction Ă  lui faire prendre, on sera prĂŞts Ă  signer. Reste Ă  savoir avec qui (rires) !

SB : Tu disais que tes managers étaient comme tes parents, mais comment tes parents (biologiques) ont réagi lorsqu’ils ont appris que tu voulais faire de la musique ton métier ?

Lyna : Super bien ! Mon père a toujours voulu une fille qui fasse de la musique, donc me voilĂ  (rires) ! Sinon mes deux parents sont vraiment d’un soutien inconditionnel. Ils sont lĂ  pour tout, d’ailleurs ma mère me demande très rĂ©gulièrement combien j’ai de vues sur youtube, ou ce que les gens pensent de ma musique, donc c’est vraiment chouette! D’un cĂ´tĂ©, ça me donne encore plus de force pour avancer.

On lui souhaite justement beaucoup de force et de persévérance pour la suite, et une excellente release party samedi soir. Ne tardez plus pour prendre vos tickets, on vous assure que vous ne sortirez pas déçus !

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset