King Krule à l’Ancienne Belgique : un concert jazzy absolument hypnotisant

Archy Marshall possède plusieurs pseudonymes, mais c’est sous le nom de King Krule qu’il parvient le mieux Ă  convaincre. Petit joyau musical, ce crooner Ă  l’accent anglais très prononcĂ© fait l’effet d’un uppercut en plein tympan. Il grandit dans un environnement propice, oĂą l’art est sacralisĂ©, et commence Ă  Ă©crire et jouer ses propres morceaux dès l’âge de huit ans. En peu de temps, il construit une identitĂ© musicale inĂ©dite et très marquĂ©e: sa voix profonde devient la pièce maitresse de ce costume sombre qu’il revĂŞt Ă  chaque performance.

Ce mardi, nous célébrions la sortie de Man Alive!, troisième tome de cette saga fantastique initiée par un génie précoce.

Sept ans après la sortie du titre Easy Easy, l’engouement est toujours de mise et l’attente insurmontable. C’est dans une Ancienne Belgique comble, voire dĂ©bordante, que nous avons rendez-vous. Se mouvoir devient dĂ©jĂ  difficile alors que nous avons Ă  peine passĂ© le seuil de l’entrĂ©e, et le trajet jusqu’aux vestiaires est un pĂ©riple qui Ă  lui seul nous fait perdre une quinzaine de minutes. Nous ne verrons pas le jeune britannique de très près ce soir, mais j’ose espĂ©rer que ça n’affectera en rien notre expĂ©rience.

Comme de fait, nous nous rendons vite compte qu’il y a une vĂ©ritable volontĂ© de la part de King Krule de mettre en place une atmosphère propice Ă  l’Ă©vasion. L’attention n’est pas dirigĂ©e sur lui, ni sur les cinq autres musiciens qui l’accompagnent, mais sur le dĂ©cor chargĂ© de significations qui s’agite derrière eux. Lorsque la voix profonde d’Archy retentit, accompagnĂ©e des guitares, elle se mĂŞle aussitĂ´t Ă  cette ville imaginaire dont les lumières clignotent frĂ©nĂ©tiquement.

Sir Krule prend soin de tâter le terrain ; il commence par nous rappeler Ă  quel point 6 Feet Beneath the Moon (2013) Ă©tait prometteur (et bien plus proche de la lune qu’il ne le prĂ©tend), ensuite il nous plonge dans l’univers halloweenesque crĂ©Ă© par The Ooz (2017). C’est un peu plus tard qu’il embraye sur Man Alive! avec “Cellular” ou encore “Alone, Omen 3“.

Le concert apporte de la cohĂ©rence et une forme de continuitĂ© Ă  ces musiques qui semblent parfois dispatchĂ©es de manière hasardeuse et brouillonne sur les diffĂ©rents albums tant leurs influences sont multiples. Nous passons du art-rock au jazz en passant par le post-punk et le psychĂ©, mais il en ressort une vĂ©ritable histoire, laquelle s’appuie sur le lyrisme poĂ©tique du chanteur. En plus, la technique est fluide et chaque instrument possède son caractère : le saxophone n’a de cesse de tourbillonner et de danser tandis que le clavier semble plongĂ© dans une sorte de ravissement.

Le “zoo kid” n’est pas bavard, ses musiciens non plus, et les chansons s’enchainent plutĂ´t vite et sans transition. C’est dommage ; nous avons l’impression que le concert tire en longueur, mais nous savons que ça fait partie du personnage. Le marginal s’adresse aux marginaux en ses propres mots, avec cette “musique d’ascenseur” (comme il aime la qualifier lui-mĂŞme) qui est paradoxalement on ne peut plus expressive.

Le concert dure une grosse heure et est globalement placĂ© sous le signe de l’Ă©merveillement : ça danse par endroits localisĂ©s, mais le public est calme dans l’ensemble. Bien sĂ»r, impossible de se retenir lorsque les premières notes de Easy Easy se font entendre Ă  la fin du concert. Certains fans en profitent d’ailleurs pour crowd-surfer avant le mini-rappel (une chanson seulement, mais le concert a Ă©tĂ© suffisamment long que pour pouvoir se passer de plus), une ballade rĂ©pondant au nom de Out Getting Ribs, et qui ravit tout le monde (le premier album reste notre prĂ©fĂ©rĂ©). Un bel Ă©chauffement pour le groupe qui s’apprĂŞtait Ă  affronter l’Olympia le lendemain!

 

King Krule Setlist Ancienne Belgique, Brussels, Belgium 2020, Man Alive!

Écrit par Ophélie Hulin