COVID-19 : Festivals annul√©s jusqu’au 31 ao√Ľt !

Cela faisait quelques semaines que circulait la rumeur d’une annulation des festivals d’√©t√© en raison des mesures de confinements visant √† endiguer la propagation du Covid-19, aussi bien en Belgique qu’un peu partout sur la plan√®te. La rumeur s’est, sans surprise et malheureusement, transform√©e en r√©alit√© suite aux mesures prises par le Conseil National de S√©curit√© du mercredi 15 avril 2020. Tous les manifestations de types “festivals” sont donc annul√©es jusqu’au 31 ao√Ľt 2020 minimum. Quelques grands festivals internationaux avaient d√©j√† pris les devants, le Hellfest avait suivi en France, sans attendre l’allocution du Pr√©sident Emmanuel Macron, et chez nous l’√©quipe du Verdur Rock √† Namur avait aussi d√©j√† pris la lourde d√©cision d’annuler son √©v√©nement pr√©vu fin juin. Les autres organisateurs n’ont plus d’autres choix aujourd’hui que de suivre le mouvement.

Pour la s√©curit√© de tous et parce qu’il y a un int√©r√™t sup√©rieur, la raison l’a emport√©e sur la passion en quelques sortes. Mais √©tait-il vraiment raisonnable de maintenir ces grands rassemblements qui drainent et concentrent un public qui n’h√©site pas √† traverser les fronti√®res et √† avaler des centaines de kilom√®tres pour ces grandes messes annuelles, √† la gloire de la musique et de la f√™te ? La m√™me question se pose pour les grands rendez-vous sportifs nationaux et internationaux par exemple. Comment envisager par exemple le maintient d’un festival comme Tomorrowland, dont 50% du public vient de l’√©tranger, alors que la situation sanitaire reste tr√®s fragile et variable dans de nombreux pays √† travers le monde ? Interdire les festivals aux ressortissants de certains pays ou de certaines r√©gions ? Forc√©ment discriminatoire et de toute fa√ßon √† l’oppos√© de l’id√©e m√™me des festivals.

Et l√† on ne parle que du public, il faut aussi penser aux artistes internationaux dont les plannings de tourn√©es se sont vu amput√©s brutalement en fonction des restrictions sanitaires propres √† chaque pays. La logistique et le personnel de l’ombre doivent √©galement pouvoir √©galement √™tre op√©rationnels, sans se mettre en danger non plus. Les artistes ne sont pas des “surhommes” ou des super-h√©ros, m√™me si on aimerait parfois le croire et y r√™ver. Ils sont aussi vuln√©rables que chacun de nous.

En dehors des questions devenues habituelles ces derniers temps et qui sont li√©es aux remboursements des tickets d√©j√† achet√©s, il convient aussi de s’inqui√©ter de l’impact financier qu’aura cette mesure sur les organisateurs. Beaucoup de questions se posaient d√©j√† pour tout le secteur culturel, √† la sant√© √©conomique d√©j√† souvent fragile mais o√Ļ la passion est souvent le premier moteur. Mais pas que malheureusement. C’est ce secteur qui a √©t√© parmi les premiers touch√©s par les mesures de restrictions et de confinement dans notre pays. Et lorsque l’on regarde la situation aupr√®s de la Communaut√© flamande elle est d’autant plus critique que les subventions publiques ont √©t√© brutalement r√©duites. Derri√®re des machines de guerres internationales comme Live Nation (et encore, l’accumulation d’annulations au niveau international pourrait finir par peser lourd), il y a aussi au niveau plus local toute une s√©rie d’organisateurs et d’associations aux moyens et aux assises financi√®res moins confortables. Pourront-ils se relever de ce coup de massue ? On l’esp√®re tr√®s sinc√®rement. Va maintenant commencer la bataille juridique entre organisateurs et assureurs pour d√©terminer si le contexte et les raisons de ces annulations donnent droit √† un d√©dommagement ? Le Hellfest en a d√©j√† fais les frais avec son assureur qui lui a fermement notifi√© qu’il n’interviendrait par pour le d√©dommager, sur base d’une lecture juridique “diff√©rente” de la police d’assurance contract√©e par l’organisateur…

Photo : Gaetan Nadin

¬†La musique est un art vivant et c’est souvent en concert qu’elle se vit le plus intens√©ment. Alors pour le coup la frustration est √©norme, on vous l’accorde. Restons positifs malgr√© tout et n’oublions pas que la musique est une passion qui peut se vivre et se partager de diff√©rentes fa√ßons, m√™me en confinement. A l’heure du “tout digital” c’est un tr√©sor in√©puisable qui nous est propos√©. Et pour les amateurs du “tout mat√©riel”, rien n’emp√™che de se plonger dans les vinyles qui ont presque r√©ussi √† ringardiser le bon vieux CD en quelques ann√©es √† peine.¬†Il ne nous reste plus qu’√† patiemment continuer l’effort collectif en cours pour retrouver le plus rapidement possible une vie normale et ainsi pouvoir vivre notre passion, avec une intensit√© et une saveur qui n’en seront que plus d√©licieuses encore. Les festivals et les concerts seront alors l’occasion de faire √† chaque fois une √©norme f√™te en l’honneur du corps m√©dical et tous ceux qui sont en premi√®res lignes pour nous permettre d’avoir une vie presque normale.

 

Mais en attendant STAY STRONGH, STAY AT HOME !

√Čcrit par Jean-Yves Damien