INTERVIEW – Blanche : “la musique va naturellement chercher des √©motions”

C’est √† l’aube de son vingt et uni√®me printemps que celle qui avait port√© tr√®s haut les couleurs de la Belgique en 2017 √† l’Eurovision avec son titre “City Lights” revient avec un premier album nomm√© “Empire“. Blanche, Ellie Delvaux de son vrai nom, nous a fait patienter, reportant √† plusieurs reprises la sortie de ce disque, attendu aussi bien par le public que par la critique. L’adage “Tout vient √† point √† qui sait attendre” s’est ici r√©v√©l√© √™tre exact : la demoiselle, qui a particip√© aussi bien √† l’√©criture des textes qu’√† la composition des m√©lodies, propose un album aux sonorit√©s pop √† la fois vari√©es, d√©licates et classieuses. Sc√®nes Belges est all√© discuter avec elle de la concr√©tisation de ce joli projet.

Sc√®nes Belges : Quelques jours apr√®s la sortie de ton premier album “Empire”, est-ce que tu peux nous dire comment tu vas ?

Blanche :  Je suis assez contente. √áa prend vraiment bien. Les retours que j’ai sur l’album sont vraiment supers, que ce soit de la presse ici en Belgique ou des gens qui me suivent et qui l’attendaient. Ce qui est cool aussi c’est que l’album est sorti au niveau international, pas juste national.

Scènes Belges : Ton album avait été annoncé plusieurs fois et à chaque fois sa date de sortie fut repoussée. Pourquoi ?

Blanche : Apr√®s l’Eurovision, j’√©tais tr√®s optimiste et avec mon √©quipe on s’est dit qu’on allait commencer √† se pencher dessus. D√®s que j’ai commenc√© √† √©crire la premi√®re chanson les choses se mettaient bien en place. Tout le monde s’est un peu emball√©. J’ai eu l’occasion de rencontrer pas mal de gens √† cette p√©riode qui suivait l’Eurovision. Je suis tr√®s rapidement entr√©e en studio √† Bruxelles o√Ļ on a beaucoup travaill√© avec Pierre Dumoulin de Roscoe. J’ai pas mal √©crit avec Thomas M√©dard dont plusieurs chansons sont aussi sur l’album. Puis mon label PIAS m’a envoy√© √† Londres o√Ļ beaucoup de nouvelles opportunit√©s et influences se sont pr√©sent√©es √† moi. Il y avait une dynamique compl√®tement diff√©rente et ce fut l’occasion de rencontrer √©galement beaucoup de personnes pour faire √©merger des choses pour cet album. Donc d√©j√†, en allant √† Londres on a prit du retard sur le planning initial. J’ai commenc√© √† sortir quelques titres tout en continuant √† √©crire depuis l√†-bas. Mais il fallait aussi prendre du recul par rapport √† tout ce processus cr√©atif pour pouvoir s√©lectionner les “bons” titres. D’o√Ļ le d√©lai aussi long.

Sc√®nes Belges : Combien de titres ont √©t√© mis en bo√ģte ?

Blanche : Il y en a eu une trentaine. Et logiquement toutes les chansons abouties sont sur l’album. Finalement on a retenu 12 titres. Ils correspondent √† un moment et une √©poque de ma vie et de ma carri√®re.

Sc√®nes Belges : Tu dis que les choses ont commenc√©es √† se mettre en place tr√®s rapidement apr√®s l’Eurovision. Est-ce qu’il n’y a pas eu une tentation de surfer sur cette notori√©t√© et cette mise en avant m√©diatique soudaine ?

Blanche : Oui bien s√Ľr qu’il √©tait tentant de surfer sur la vague m√©diatique et que cela a probablement jou√© aussi parce que cela reste un business et un fabuleux tremplin. L’id√©e √©tait aussi de pouvoir montrer que je faisais d’autres choses suite au succ√®s de “City Lights”. L’Eurovision a quelque chose de tr√®s √©ph√©m√®re avec un pic de notori√©t√© et d’exposition qui s’estompe tr√®s vite. Beaucoup d’artistes qui ont gagn√© l’Eurovision sortent des titres apr√®s leur victoire sans que les gens ne suivent. C’est tr√®s rare que le public s’accroche √† eux et qu’il ait un coup de cŇďur sur la dur√©e.

Sc√®nes Belges : Pour en revenir √† ton album, tu dis qu’il est important de l’√©couter en entier. A l’heure du streaming et des playlists, c’est un peu √† contre-courant comme approche ?

Blanche : Je pense que mon album peut s’√©couter comme chacun en a l’envie. Il n’y a pas de guide. Ce que je dis, c’est qu’en √©coutant l’album comme il est, c’est √©couter l’enti√®ret√© du projet, dans la coh√©rence des morceaux entre eux, avec l’ordre dans lequel ils sont mis. √áa apporte une coh√©rence dans les histoires, les th√®mes et les √©motions de chaque titre. Cet ensemble cr√©e une dimension particuli√®re mais chacun peut bien √©videmment s’en d√©tacher et y donner le sens et la dimension qui est la sienne. Et chaque titre peut aussi √™tre pris et √©cout√© dans ce qu’il d√©gage individuellement.

Sc√®nes Belges : Tu expliques aussi, √† propos de cet album et en lien avec le fait de l’√©couter en entier, que c’est “comme un long voyage”. Vers o√Ļ, et vers quoi ?

Blanche : Je n’ai pas envie de donner une signification unique √† cet ensemble, il faut que l’auditeur puisse aussi s’approprier le projet. J’aimerais que les gens puissent ressentir les m√™mes choses que moi lorsque j’√©coute de la musique. Ce que je pr√©f√®re personnellement ce sont des musiques qui font na√ģtre de la m√©lancolie ou de la nostalgie, m√™me une sorte de joie. Cela peut para√ģtre paradoxal aussi, mais parfois, quand on √©coute de la musique, √ßa peut nous aider √† mettre de l’ordre dans les choses, √† mettre nos id√©es au clair. Certaines notes, certains mots peuvent parfois faire √©merger des √©motions ou faire √©chos en nous. C’est vraiment l√† o√Ļ j’ai envie d’emmener les gens. Que cela puisse aussi avoir un effet rassurant. Quand je ne me sens pas bien je compose de la musique, et √ßa vient contrebalancer cette √©nergie. La musique a aussi ce pouvoir l√†.

Scènes Belges : Un pouvoir thérapeutique ?

Blanche : Oui, mais pas que. Cela peut parfois avoir quelque chose de soulageant et qui fait du bien, o√Ļ l’auditeur peut se laisser emporter sans penser √† rien. Mais parfois, c’est l’effet inverse qui se produit et la musique vient souligner et amplifier des sentiments qui sont n√©gatifs. M√™me lorsque c’est le cas, cela peut √™tre une opportunit√© de mettre en lumi√®re des choses que l’on ne veut pas s’avouer. La musique va naturellement chercher des √©motions. C’est assez inexplicable et incontr√īlable. Ce voyage doit permettre √† l’auditeur d’aller sur ce terrain. Il peut √™tre aussi bien introspectif dans ce que cela peut avoir de positif ou de n√©gatif, que comme une sorte d’√©vasion libre de toute contrainte.

Scènes Belges : Voyage plus mélancolique ou joyeux alors sur cet album ?

Blanche : Je dirais qu’on est plus dans la m√©lancolie. Mais qui n’est pas forc√©ment quelque chose de n√©gatif √† vivre et √† ressentir. Ce qui est sombre peut √™tre porteur d’espoir et de lumi√®re.

Sc√®nes Belges : D’un point de vue plus technique, on a l’impression que tu as pu utiliser ta voix dans d’autres registres que celui avec lequel la majorit√© des gens t’ont d√©couvert sur le titre “City Lights” o√Ļ ta voix est tr√®s reconnaissable ?

Blanche : Oui. Ce que je m’amusais √† faire quand je cherchais des m√©lodies pendant la composition de l’album, c’√©tait d’aller chercher des m√©lodies en jouant avec ma voix, tout en sortant de ma zone de confort. J’ai vraiment pu explorer de nouvelles choses avec ma voix. C’est pour √ßa qu’on retrouve des sonorit√©s parfois plus en lien avec le rap, ou alors des notes hautes et plus tenues, ou tr√®s pop aussi. J’en suis assez fi√®re.

Sc√®nes Belges : Pierre Dumoulin qui avait √©crit “City Lights” est de retour sur plusieurs titres de cet album. C’√©tait une √©vidence ?

Blanche : Pendant toute la campagne autour de l’Eurovision, toute l’attention s’est concentr√©e sur ce titre. Et ce fut parfois un peu frustrant car on avait envie d’aller plus loin dans cette collaboration cr√©atrice qu’on avait entam√© avant l’Eurovision, avec plusieurs d√©mos notamment. On avait h√Ęte de pouvoir √©crire ensemble.

Sc√®nes Belges : L’album commence avec un morceau d’intro o√Ļ tu r√©p√®tes de mani√®re presque hypnotique “Fever for people”. Pourquoi ?

Blanche : Fever est √† comprendre au sens √©motionnel du terme. Cet album est port√© par l’id√©e de se laisser atteindre et toucher par des √©motions. Pour toute une s√©rie de personnes les √©motions sont quelque chose √† rejeter √† tout prix. Ce serait, selon eux, une faiblesse que de se laisser porter par ses √©motions. Ce message d’introduction est extrait du titre “Empire” et il √©tait important que ces mots se retrouvent √† l’entame de l’√©coute de l’album, au regard de ce qui est propos√© tout au long de celui-ci. C’est une sorte d’avertissement pour pr√©venir l’auditeur de ce qui va se passer. Et pour moi, les √©motions sont une chose que je ne rejette pas du tout.

Sc√®nes Belges : Petite retour en arri√®re maintenant : l’ann√©e pass√©e tu jouais au Brussels Summer Festival sur la Sc√®ne situ√©e aux Monts des Arts. Il y avait beaucoup de monde ce soir l√† qui √©tait venu pour toi. Comment avais-tu v√©cu ce moment ?

Blanche : C’√©tait un √©v√©nement qui tombait pendant la pr√©paration de l’album. C’√©tait un moment qui m’a vraiment fait plaisir parce que je pouvais pr√©senter au public ce que je pr√©parais. Je suis souvent un peu pessimiste au premier abord et je pr√©f√®re me dire qu’il n’y aura que deux personnes devant la sc√®ne √† m’attendre pour finalement me rendre compte que la plaine est remplie, comme ce fut le cas ce soir l√†. C’est juste incroyable.

Sc√®nes Belges : Double derni√®re question : tes coups de cŇďurs musicaux internationaux et belges du moment ?

Blanche : Il y a un album que je viens de d√©couvrir il y a peu de temps. C’est la chanteuse anglaise Lapsley. Elle vient de sortir un album qui s’appelle “Through Water”. C’est pile-poil le style que je kiffe. J’aime beaucoup aussi Feu!Chatterton avec leur style parl√© tr√®s th√©√Ętral. Je sais que c’est un style controvers√© mais il y a plein de groupes qui √©voluent dans ce genre un  peu “chant√©-parl√©” comme Fauve qui m’a amen√© vers ce courant musical l√†. Il y a une sinc√©rit√© √©motionnelle et sentimentale qui me transporte.

Et au niveau de la Belgique j’aime beaucoup Tessa Dixson dont l’album est vraiment cool. Mais il y a trop d’artistes que j’appr√©cie en Belgique pour tous les citer, aussi bien du cot√© francophone que n√©erlandophone du pays.

Pour rappel, Blanche sera en concert au Club de l’ANCIENNE BELGIQUE le vendredi 11 septembre 2020. Une autre projet live in√©dit est en cours de gestation mais il est encore trop t√īt pour en parler. On tiendra √ßa √† l‚ÄôŇďil…

Son album “EMPIRE” est sorti chez PIAS, il est disponible ICI en version physique, digitale et en streaming sur les plateformes habituelles.

√Čcrit par Jean-Yves Damien