La musique est pavée de bonnes intentions

Alors que le secteur culturel est toujours en attente de rĂ©ponses et d’un plan de reprise concret, le contraignant Ă  rester dans une inconfortable position d’attente, les initiatives continuent Ă  se multiplier. Et cela demande de faire preuve d’ingĂ©niositĂ© pour trouver l’Ă©quilibre entre accessibilitĂ© au plus grand nombre et les nĂ©cessaires mesures visant Ă  prĂ©server la santĂ© de chacun. A quelques jours de La FĂŞte de la Musique, on vous propose un petit tout d’horizon de ces initiatives. Tour d’horizon forcĂ©ment incomplet, au regard de la multitude de projets en cours.

Depuis quelques jours circule une courte vidĂ©o avec le hashtag #UnitedForLiveMusic. En 20 petites secondes Ă  peine cette vidĂ©o nous plonge dans la ferveur des festivals et des salles de concerts. Elle nous rappelle que l’Ă©tĂ© 2020 sera un Ă©tĂ© sans festivals. La frontière linguistique, trop souvent prĂ©sente au niveau de la culture en Belgique, a Ă©tĂ© ici gommĂ©e et c’est au niveau national que cette initiative prend forme. Son but : crĂ©er un fonds de solidaritĂ© pour les acteurs du secteur face Ă  la crise du COVID-19. Comment y contribuer : par un don ou par diffĂ©rentes actions rĂ©pertoriĂ©es sur le site LIVE2020.

Direction le Botanique qui lance ses “RĂ©sidences d’Ă©tĂ©” pour permettre Ă  16 groupes belges de travailler avec un matĂ©riel et un encadrement professionnel. Et pour aller plus loin dans cette dĂ©marche, des concerts (sans public) seront diffusĂ©s en direct sur Youtube et Facebook, comme la concrĂ©tisation des journĂ©es de travail de chacun de ces groupes. Pour plus d’infos sur la liste des groupes et la programmation des concerts “en ligne” ça se passe par ICI.

Le 21 juin est chaque annĂ©e l’occasion de sortir dans les rues et les parcs, de profiter du soleil (ça reste la Belgique donc le soleil demeure une option non-garantie) et de la musique qui se dĂ©verse depuis une multitude de scènes Ă  travers tous le pays Ă  l’occasion de la FĂŞte de la Musique. Pour 2020, pas besoin de rappeler que l’Ă©vĂ©nement ne pourra malheureusement pas se dĂ©rouler de cette manière. Mais le Conseil de la Musique, qui coordonne l’Ă©vĂ©nement, n’est pas restĂ© les bras croisĂ©s pour autant. Au programme de ce weekend du 20 et 21 juin : 40 radios francophones (locales et nationales) qui vont proposer une programmation avec un maximum d’artistes issus de la CommunautĂ© Wallonie-Bruxelles ! Ce n’est pas tout, un Ă©vĂ©nement “surprise” est prĂ©vu ce dimanche 21 juin Ă  13H sur les rĂ©seaux sociaux et sur la page de La FĂŞte de la Musique. On vous met le teaser ci-dessous. Il y aura aussi un marchĂ© pour acheter CD, Vinyles, T-Shirts et autres objets Ă  l’effigie des groupes signĂ©s par toutes une sĂ©rie de labels indĂ©pendants wallons et bruxellois. Ça se passe Ă  la Maison des Musiques (Ă  ne pas confondre avec le musĂ©e des instruments de musique) au centre de Bruxelles de 11H Ă  19h ce dimanche Ă©galement.

Autre initiative prĂ©vue ce dimanche 21 juin : le SWIPE UP FESTIVAL avec des concerts sur Facebook, Youtube et Instagram. 12 heures sont au programme avec notamment LoĂŻc Nottet, Alice On The Roof, Glauque, Konoba et son pote R.O., Daddy K, TanaĂ« et Todiefor Tout ça se dĂ©roulera au Palais 12 (sans spectateurs lĂ  aussi). Les concerts resteront ensuite disponibles sur Internet. C’est gratuit mais, si vous le souhaitez, l’organisateur vous encourage Ă  faire un don Ă  la Croix-Rouge de Belgique qui est elle aussi active sur le terrain actuellement dans la lutte contre le coronavirus. Il vous suffit de cliquer ICI.

On vous parle aussi du duo folk belge de Barnill Brothers que nous avions vu en concert en dĂ©but d’annĂ©e Ă  l’occasion de la sortie de leur album. L’organisateur Chez Lisa rĂ©invente le concept de la tournĂ©e sur base du principe suivant : puisque tu ne peux pas aller vers la musique, la musique viendra Ă  toi. C’est ce que fera Barnill Brothers ce vendredi soir Ă  Namur. Le concept est simple : vous commandez vos chansons et le duo vient les jouer devant chez vous. Il vous en coĂ»tera un minimum de 5 euros par chanson. Mais c’est SOLD OUT. Et on termine avec un petit clin d’œil Ă  l’Ancienne Belgique dont la grande salle est actuellement utilisĂ©e pour faire passer des examens dans l’enseignement supĂ©rieur. On avait dĂ©jĂ  vu des auditoires transformĂ©s en salles de concerts (sans qu’il soit pour autant question d’un festival de la chanson estudiantine), mais pas l’inverse. Selon les rĂ©sultats en fin d’annĂ©e, il n’est pas certain que tous les Ă©tudiants concernĂ©s seront heureux de revenir Ă  l’Ancienne Belgique dans le futur. Allez, bonne merde Ă  toutes et tous, en espĂ©rant ne plus jamais vous voir passer un examen dans une salle de concert !

Photo : Michelle Geerardyn

Écrit par Jean-Yves Damien