Interview LYLAC : “Je fonctionne toujours de mani√®re instinctive dans la musique”

LYLAC, Amaury Massion de son vrai nom, est un artiste belge tr√®s prolifique. Apr√®s des aventures aux sonorit√©s au sein des groupes Attica et My Tv Is Dead, c’est en solo et derri√®re ce pseudo que le gar√ßon a publi√© cet √©t√© son quatri√®me album d√©j√†, dans un registre beaucoup plus folk. Avec “I’m The Stranger”, Lylac se positionne et se questionne sur l’avenir de la plan√®te et sur la place que l’humain √† y occuper. Sc√®nes Belges a profit√© du fait que ce voyageur compulsif est, bien malgr√© lui, contraint √† ne plus trop bouger pour l’instant pour aller discuter de tout √ßa avec lui. En plus il a sorti tout r√©cemment un joli clip au titre tr√®s √©vocateur : “We need to change”, porteur d’espoir pour le futur mais dont l’humain sera l’acteur !

Scènes Belges : Bonjour Lylac. Peux-tu te présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ?

Lylac : Mon parcours musical a commenc√© assez jeune, vers 12 ans. Je suis rentr√© dans une chorale classique avec laquelle je suis parti faire une tourn√©e d’un mois au Qu√©bec. √áa a jou√© pour mon amour de la sc√®ne d√©j√† √† ce moment l√†. Apr√®s, √† l’adolescence j’ai commenc√© √† monter des groupes avec des potes sans pour autant savoir jouer et lire de la musique. Mais j’ai finalement fait le conservatoire √† Bruxelles et √† Li√®ge, en jazz notamment avec un tromboniste am√©ricain tr√®s r√©put√©. C’√©tait vraiment super instructif. Musicalement j’ai toujours √©t√© plus influenc√© par le rock et la folk. J’ai aussi eu deux groupes dans le pass√© : Attica et My Tv Is Dead. Ca c’est malheureusement arr√™t√©. Et finalement c’est suite √† long voyage, au Cambodge notamment, que j’ai d√©cid√© de lancer ce projet Lylac. C’est une sorte de carnet de voyage musical, avec notamment des sons enregistr√©s sur place qui se retrouvent dans mes compositions.

Sc√®nes Belges : Ce projet a commenc√© en 2012 et ca a vraiment d√©coll√© avec le troisi√®me album “Buffalo Spirit”.

Lylac : La presse a √©t√© positive concernant les deux premiers albums, il y a eu un succ√®s d’estime. Mais avec “Buffalo Spirit” j’ai eu l’occasion d’√™tre plus expos√©. Cet album a √©t√© compos√© apr√®s un voyage exceptionnel de 3 mois et demi dans l’Ouest Am√©ricain. C’√©tait extraordinairement beau et sauvage. On a fait des rencontres incroyables avec le peuple Navajos. Je fonctionne toujours de mani√®re instinctive dans la musique et mes compositions. Il n’y a pas de plan √©tablis au pr√©alable. Je saisis l’instant, le lieu, les √©nergies. Je ne veux pas perdre l’√©motion originelle de l’instantan√©. Et le public semble l’avoir re√ßu comme √ßa, avec cette impression de grands espaces qui en d√©coule.

Sc√®nes Belges : Le titre de ton dernier album, “I’m the Stranger”, sorti cette ann√©e est toujours li√© √† cette id√©e de voyage ?

Lylac : Oui il y a un peu de √ßa, mais pas que. J’ai √©t√© extr√™mement touch√© par la mobilisation des jeunes pour le climat ces derni√®res mois. J’ai trouv√© que c’√©tait des moments incroyables. J’en parle pas mal dans mes textes sur ce dernier album, de la mani√®re de r√©inventer le monde, de consommer ou de comment repenser la solidarit√©. Et la question que je pose c’est de savoir si l’humain est devenu un √©tranger par rapport √† cette nature et par rapport √† lui-m√™me ? La pochette de l’album est dans le m√™me √©tat d’esprit avec ce lien entre l’humain et l’arbre qui le lie √† la nature.

Sc√®nes Belges : C’est donc un projet tr√®s personnel ?

Lylac : A la base c’est un projet solo effectivement, o√Ļ je suis super bien accompagn√© par des musiciens. Mais c’est moi qui compose tout √† la base. J’ai la grande chance que ces collaborations musicales perdurent. Je suis accompagn√© sur sc√®ne par une violoncelliste notamment. C’est une super √©quipe. C’est un projet solo o√Ļ je suis tr√®s bien entour√©. J’ai beaucoup de chance.

Scènes Belges : Comment pourrais-tu résumer les sujets et les thèmes abordés sur cet album ?

Lylac : Il y a diff√©rentes choses. Il y a une d√©marche assez li√©e √† l’√©cologie c’est vrai, mais √ßa parle de voyage sous forme de retour √† la terre et √† nos racines. Dans “My Quest”, je parle de cette reconnexion avec la nature √† travers l’amour que j’ai pour une femme, et le fait de se poser et vivre ensemble au m√™me rythme que les rivi√®res qui coulent. C’est assez po√©tique et m√©taphorique. J’ai √©cris le titre quand j’√©tais en Norv√®ge au bord d’un fjord avec les montagnes qui s’√©levaient dans une atmosph√®re de pl√©nitude totale.

Sc√®nes Belges : Pourquoi as-tu fais un remix du titre “My Bird” qui est un ancien titre et qu’on retrouve sur ce dernier album dans une nouvelle version donc ?

Lylac : Ce morceau j’avais envie d’en faire une nouvelle version. Je m’√©tais questionn√© sur l’opportunit√© de le retravailler avec un DJ. Mais comme le travail de la rythmique sur ce dernier album a √©t√© tr√®s diff√©rent de ce que j’avais fais dans le pass√©. C’√©tait de la programmation, sans √™tre √©lectro, plus qu’un vrai travail avec un percussionniste. J’en ai alors profit√© pour retravailler ce morceau avec cette nouvelle “m√©thode” en allant puiser des sons existants un peu partout, comme pour tout le reste de cet album. Et je n’ai pas l’impression que le morceau a √©t√© d√©natur√© malgr√© ce beat qui rend le morceau un peu plus trippant je trouve.

Scènes Belges : Tu as donc tout composé et ensuite les musiciens sont venus poser leurs instruments ?

Lylac : Effectivement. Il y a une exception avec la violoncelliste. Il y a un vrai √©change en forme de “ping-pong” entre elle et moi dans le travail de composition. On essaie des choses, elle fait des propositions, et moi aussi. On arrive au final √† quelque chose qui nous plait tous les deux. Je fais beaucoup de choses c’est vrai, mais pas tout.

Sc√®nes Belges : Tous ces voyages, c’est vraiment √ßa qui te nourris musicalement ?

Lylac : A travers ces 4 albums, je m’enrichis musicalement, par les rencontres et les atmosph√®res que je d√©couvre. Le premier album √©tait tr√®s sobre, sans artifice. A travers les voyages, une guitare acoustique et une voix √©taient √† la fois essentielles et suffisantes. L’√©motion passe parce que la vibration du bois de la guitare et de la voix a quelque chose d’universel. M√™me au fin fond du Cambodge j’ai pu partager ma musique avec les populations locales, sans filtres, m√™mes si on ne parlait pas la m√™me langue. Les concerts avec plein d’artifices c’est bien aussi, mais revenir √† quelque chose de tr√®s √©pur√© c’est aussi important.

Scènes Belges : Et en dehors des voyages, je suppose que tu as des influences dans la musique que tu écoutes ?

Lylac : Oui, comme tout le monde j’√©coute beaucoup de musique. J’√©coute √©norm√©ment de folk et de rock, notamment Eddie Vedder avec la bande originale du film “Into The Wild”. C’est clairement l’√©tat d’esprit de Lylac. J’aime √©norm√©ment de choses.

Sc√®nes Belges : Et comment tu vis la situation actuelle en tant qu’artiste ?

Lylac : c’est compliqu√©, tout est constamment remis en question et susceptible d’√™tre annul√©, modifi√©, report√©, que ce soit pour la sortie de l’album ou pour les concerts. J’ai fais quelques concerts en live sur Internet mais √ßa n’est pas la m√™me chose, on ne sent pas les vibrations et les r√©actions du public. C’est agr√©able, j’y ai pris du plaisir mais une fois fini, on coupe son PC et c’est termin√©. Mais au niveau financier, c’est plus compliqu√©, voir catastrophique pour beaucoup de gens dans le secteur de la culture. C’est tr√®s inqui√©tant.

Sc√®nes Belges : Derni√®re question, j’ai entendu parler que tu avais particip√© √† un projet dans le cadre d’un op√©ra. C’est surprenant ! Tu peux nous en dire plus ?

Lylac : C’est un op√©ra qui s’est donn√© √† La Monnaie. Le titre est “Is This The End ?”. C’est un op√©ra qui parle du moment entre la vie et la mort, le moment o√Ļ on voit la lumi√®re, o√Ļ on ne sait pas si on bascule d’un cot√© ou de l’autre. C’est un honneur pour moi de pouvoir chanter avec un chŇďur de 20 personnes et un orchestre.

Pour rappel, son album “I’m The Stranger” est sorti au mois d’ao√Ľt en version digitale et physique. Apr√®s un nombre incalculable de reports, son concert au BOTANIQUE est (pour l’instant) programm√© au 5 JUIN 2021 ! On croise les doigts.

√Čcrit par Jean-Yves Damien