Voyage gothique transcendental √† l’Eglise Saint-Dominique

Apr√®s avoir annul√© et d√©plac√© des concerts en France, la su√©doise¬†Anna Von Hausswolff¬†se produit chez nous √† l’√©glise Saint-Dominique de Bruxelles. Ceci non sans un petit comit√© d’accueil priant et chantant pour les pauvres p√©cheurs que nous sommes. Heureusement ici la police veille bien au grain et aucun d√©bordement n’est √† d√©plorer, le concert peut avoir lieu sans encombre.

Deuxi√®me concert de la soir√©e, puisque suite aux nouvelles d√©cisions du gouvernement les √©v√©nements sont limit√©s √† 200 personnes assises et avec masque. Ce n’est pas optimal comme configuration mais on s’en satisfera, il e√Ľt √©t√© criminel de rater ce concert exceptionnel dans un cadre absolument sublimissime.

Les lumi√®res virent au rouge, l’ambiance dans l’√©glise Saint-Dominique se transforme et le concert commence… l’orgue √©tant plac√© derri√®re le public, dans un premier temps on ne sait trop comment se mettre. On se retourne, revient sur sa position de d√©part, regarde √† gauche, √† droite, en haut, etc… Le morceau passe et la magie op√®re d’elle-m√™me, la sonorit√© si sp√©cifique de l’√©glise est un r√©gal pour les oreilles. Les r√©verb√©rations dont on profite ainsi que le sentiment d’infini du son est incroyable pour nous transporter. Tout ceci correspond bien √† l’univers musical gothique de Anna Von Hausswolff. Apr√®s les deux premiers morceaux, pas un son ou mouvement de la part du publique.

Est-ce le lieu, la musique ou la combinaison des deux ? Mais le public est archi silencieux, une sorte de recueillement s’installe pendant les morceaux, peut-√™tre aussi du fait qu’il n’y a rien de particulier √† regarder. Il ne nous reste plus qu’√† profiter de la musique et de l’acoustique particuli√®re √† laquelle nous avons droit. Tous les morceaux jou√©s ce soir sont instrumentaux et sont tir√©s du r√©pertoire de la su√©doise. Il faudra attendre l’avant-dernier morceau pour que le public sorte de sa torpeur et applaudisse √† tout va ! On sent bien que les gens se sont retenus jusqu’√† pr√©sent, car la salve d’applaudissement est gargantuesque. Les deux derniers morceaux sont toujours dans la m√™me veine et les lumi√®res se rallument tout doucement sur le dernier. Une fois le concert termin√©, Anna Von Hausswolff descend de l’orgue pour traverser la foule sous des trombes d’applaudissements, on peut dire que le public √† l’air plus que ravi de la performance r√©alis√©e ce soir !

√Čcrit par Ga√ęl Rinclin