Rencontre avec la rappeuse Ysmé: entre puissance et vulnérabilité

Après l’avoir vue sur scène à l’occasion de la finale du concours Sound Track, nous rencontrons l’une des 3 gagnants: l’artiste Ysmé.
Avec elle, pas d’interview classique questions-réponses. Nous
avions prévu de suivre nos habitudes mais nous nous saluons seulement que la conversation s’envole dans tous les sens ! Elle est pétillante, légère mais aussi profonde et intense. Alors autant dire que la matinée s’est éternisée… Alors on vous décrira ici ce qu’on a retenu des grandes lignes de son parcours et nous sommes touchés qu’elle ait accepté de nous partager ce petit bout d’elle.


La jeune femme de 26, Marie de son vrai prénom, a grandi en dehors de Bruxelles où elle vit maintenant. Et cette bataille « ville-hors ville » semble occuper une place importante dans son esprit. Alors que son style musical est très « urbain » et qu’elle « utilise » parfaitement la ville comme support de création et de définition de son personnage artistique, la nature fait partie de son ADN. Le silence de la campagne, marcher sur des petits sentiers, voir loin la stabilise et l’inspire. C’est d’ailleurs dans ces contextes-là que naissent la plupart de ses compositions aujourd’hui et que tout a commencé il y a 20 ans. Petite, elle chantait non-stop et elle raconte en riant qu’elle ne sait pas comment ses parents ont fait pour la supporter ! Elle jouait les pop stars, s’amusait de leurs codes et riait de se couvrir de paillettes pour les imiter.
Mais derrière ses spectacles un peu loufoques, son surjeu un peu « bling bling » et son attitude dĂ©tachĂ©e, YsmĂ© continuait de nourrir intĂ©rieurement son envie de chanter – qu’elle prend encore aujourd’hui très au sĂ©rieux. En attendant, elle aimait se mettre en scène et Ă  la fin de ses Ă©tudes secondaires, elle est donc entrĂ©e Ă  l’IAD option théâtre.
Le théâtre lui permet
ainsi de tourner autour de sa passion première en étant sur scène, en utilisant sa voix et son corps, en performant devant un public. Et elle écrit, beaucoup. Elle remplit des carnets de notes, pour elle et puis pour ses chansons. En français ou néerlandais pour l’un, en anglais pour l’autre.
Et puis,
elle nous raconte en se prenant la tête entre les mains qu’au cours de ses études, la jeune femme perd sa voix ! Longtemps. Gros coup dur pour Ysmé parce qu’elle use de stratagèmes à l’oral, force sur celle-ci pendant les cours et « ça fait l’affaire » mais à l’intérieur ses ambitions liées à la musique s’éteignent en même temps que sa voix. Si elle continue à pouvoir incarner des rôles en théâtre, elle désespère de ne plus pouvoir chanter.Ysmé fait une pause dans son récit, elle se redresse, claque des doigts en nous regardant et continue : « Et là, c’est le déclic ! » : si un jour elle récupère sa voix, promis elle fera de la musique !
En septembre 2018, l’artiste termine ses études, travaille sur plusieurs projets en tant que comédienne et après avoir cherché le nœud du problème pendant longtemps, sa voix revient enfin petit à petit. Elle « bidouille » alors dans sa chambre, sur Garage Band et chante sur des loops électro qu’elle compose elle-même. Évidemment, la promesse qu’elle s’est faite continue de planer dans son esprit et, peu avant la crise sanitaire, en 2019, Ysmé commence à se sentir prête à partager ses compositions. Alors go ! Elle se donne un coup de fouet et se décide à publier l’un de ses morceaux (« A show ») sur youtube. Sur ce titre, on l’entend rapper en 3 langues et nous la voyons manger un M & M’s en boucle, sous forme de Gif ! Aujourd’hui, elle trouve le morceau mal écrit et brouillon mais c’était passionnel et ça a pris ! Effectivement, surprise, elle reçoit des messages de personnes qu’elle ne connaît pas qui l’encourage et ça semble fou. Les retours positifs atténuent ses peurs et la machine est lancée pour Ysmé. Elle explique comme l’univers s’est soudain aligner sur ses envies : elle enchaine des rencontres et notamment un ami compositeur de productions avec qui elle crée des maquettes en studio. Son style se définit et Ysmé rappe principalement. Elle sort quelques titres et franchement c’est fort ! Son univers est marqué, identifiable, elle joue avec les codes, elle affiche des attitudes de star qu’elle incarne tout en se montrant vulnérable. Alors qu’en est-il de la chanson ? Si la jeune femme a un flow solide qu’on adore, elle chante peu et on sait que la petite fille en elle qui rêvait d’être chanteuse n’a pas disparu. Ysmé sourit… chaque chose en son temps. Si le théâtre a été une porte d’entrée vers la musique, sans doute que le rap l’est pour la chanson. Dans tous les cas, que ce soit l’un ou l’autre, les deux ou tout autre chose, on la suivra ! Cette femme est un concentré d’énergie, et de créativité dont on a très envie de s’inspirer !
Et pour la suite ? Elle hésite avant de répondre et puis nous confie finalement avec une assurance d’aplomb que 2022 sera l’année de son premier EP ! Parallèlement, suite au concours Sound Track, elle sera accompagnée par une équipe pour mettre en place et faire grandir ses ambitions ! Nous on a hâte et pour celles et ceux qui ne la connaissent pas, tant mieux ! Vous allez avoir la joie de la découvrir.