Les virages sonores de KONOBA √† l’AB

Quelques semaines apr√®s la sortie de son nouvel album “It’s was only a dream”, KONOBA a rempli l’ancienne Belgique dans sa version box ce jeudi soir. Ce concert √©tait l’occasion de pr√©senter ses nouveaux titres √† ses nombreux fans belges. Fans belges car Konoba compte aussi un grand nombre de fans en dehors des fronti√®res du pays. Ce nouvel album est aussi l’occasion pour lui de revenir √† un projet plus personnel apr√®s sa folle escapade aux quatre coins du monde en compagnie de son pote R.O. et de leur album commun “10”. Le beau gar√ßon s’est entre-temps mari√©, il y a aussi eu le covid qui a mis pas mal de choses en pause, tout en donnant le temps √† d’autres projets et id√©es de m√Ľrir sereinement. Ce nouvel album en est le fruit et c’est en live qu’on est venu le d√©couvrir.


C’est dans un joli tableau de lumi√®res bleues et blanches que Konoba monte sur sc√®ne avec une guitare √©lectrique en bandouli√®re. Il commence le concert, accompagn√© d’un bassiste/guitariste et d’un batteur, avec le titre “Mirror” qui est n√© au d√©but du confinement de 2020. La version du titre jou√©e ce soir commence en douceur avant de gagner en intensit√©. Konoba s’offre m√™me un joli solo de guitare bien √©lectrique en fin de morceau. Pour ouvrir la soir√©e, Konoba prend un virage clairement plus rock et organique √† la fois. Un terrain o√Ļ on ne l’attendait pas forc√©ment mais la surprise n’en est que plus agr√©able. Suite √† ce premier titre, il prend ensuite la parole pour exprimer la joie et l’honneur que cela lui procure de jouer √† l’Ancienne Belgique ce soir, citant quelques uns des plus grands artistes qui s’y sont produits depuis des d√©cennies. Il enchaine avec son single “To go” et son tempo entrainant. Konoba privil√©gie en d√©but de set les autres singles issus de ce nouvel album : “Magic Mellow” et “There’s always something wrong”. Le public a d√©j√† bien eu le temps de se familiariser avec ces morceaux, et r√©agit avec enthousiasme. Tout au long de la soir√©e, Konoba alterne entre son synth√© pour des moments plus pos√©s et intimes, et une guitare pour des passages plus rythm√©s et charg√©s d’un point de vue sonore. Et lorsqu’il a juste son micro en main, il s’en va arpenter la sc√®ne pour checker quelques mains aux premiers rangs.

Le sc√®ne est relativement √©pur√©e mais c’est une ambiance chaleureuse qui s’en d√©gage malgr√© tout avec ce grand rideau de velours rouge arri√®re-plan et ces quelques loupiottes multicolores dispos√©es ci et l√†. Konoba n’a pas fait les choses √† moiti√© puisque l’ensemble des titres jou√©s ce soir ont b√©n√©fici√© d’arrangements sur mesure afin de les rendre plus enrob√©s et travaill√©s qu’ils ne le sont d√©j√† en version studio. Bien que cela ne soit pas une surprise, on reste malgr√© tout √† chaque fois admiratif par la ma√ģtrise vocale qui est la sienne. Sa voix est un v√©ritable instrument qu’il utilise pour aller chercher des sonorit√©s passant d’un aigu √† la douceur parfaite avant de basculer ensuite dans un ton plus rauque et chaud.

Cette soir√©e √† un caract√®re un peu sp√©cial pour Konoba, heureux de retrouver le public dans des conditions normales. Et pour f√™ter √ßa dignement il a fait appel √† plusieurs invit√©s : c’est tout d’abord Alex Lucas qui vient interpr√©ter en duo le titre “Hold On” qu’ils ont compos√© ensemble. Leurs timbres de voix singuliers s’accordent parfaitement sur ce titre groovy et sensuel. Autre invit√© de la soir√©e, R.O. va passer quant √† lui une petite demi-heure sur sc√®ne pour raviver les souvenirs encore chauds du projet “10”. Ce n’est pas moins de 5 titres issus de cet album commun qu’ils vont interpr√©ter ensemble, dont le f√©√©rique “Too much too soon”, mais aussi “Till we get there” et ses sonorit√©s plus sombres et √©lectro. Konoba et R.O. se font plaisir et c’est dans une √©nergie lib√©r√©e et d√©brid√©e qu’ils transforment l’AB en dancefloor g√©ant pour le titre “I Could be” et son inexorable mont√©e en puissance √©lectronique qui d√©bouche sur une festive chevauch√©e √©lectronique. L√† aussi, les versions lives de ses titres ont √©t√© retravaill√©es avec l’apport de temps √† autre d’une sonorit√© de guitare √©lectrique qui donne des nuances nouvelles √† ces titres.

Konoba ne s’arr√™te pas en si bon chemin, puisqu’il plonge l’Ancienne Belgique dans l’obscurit√© totale le temps d’un interlude musical √† base de son de la nature. Une discr√®te loupiotte illumine alors son visage. Il se met √† chanter les premi√®res paroles de “All You Need”, titre issu du dernier album et enregistr√© avec la voix de Charles et les notes du piano de Leo Nocta. Lorsqu’√† l’autre extr√©mit√© de la sc√®ne une autre loupiotte s’allume, c’est pour d√©voiler le visage de la jeune chanteuse, alors que le pianiste est lui aussi √©clair√© par un discret spot blanc. Le trio reproduit sur sc√®ne l’ambiance sombre et intime du clip qui accompagne ce titre. Tout au long du concert, Konoba va aussi aller explorer le reste de sa discographie, en alternant les titres de l’album “Smoke and mirrors” (le titre √©ponyme et l’agr√©able single “I’m a wolf” en t√™te) avec ceux du dernier n√©.

R.O. revient sur sc√®ne pour la fin du concert qui s’annonce avec l’incontournable “On our knees”, qui se voit lui aussi discr√®tement retravaill√© dans ses arrangements. Les deux potes enchainent ensuite avec “Roll the dice” dont le beat et le refrain imparables font d√©coller toute l’Ancienne Belgique. On s’√©tonne l√† encore de l’apport de cette guitare √©lectrique sur ce titre pourtant franchement √©lectro. Il y a √©galement une batterie qui vient taper bien fort et qui donnerait presque des airs d’hymne-rock √† ce titre calibr√© pour les dancefloors. Il n’y avait pas vraiment de rappel de pr√©vu (voir la playlist ci-dessous), mais Konoba revient quand m√™me pour interpr√©ter son dernier single “To go” dans une version piano-voix. C’est ce moment fatidique que choisit sa voix pour l√Ęchement l’abandonner en plein refrain. Konoba se rend compte de la d√©faillance de celle-ci, en rigole et le public se charge de l’accompagner et de le soutenir vocalement pour achever le titre avec lui. Une belle mani√®re de communier et d’√©changer avec son public !

On regrette que la sortie du nouvel album de Konoba se soit faite de mani√®re un peu trop confidentielle √† notre go√Ľt. Cette situation est d’autant plus regrettable au regard du g√©n√©reux concert (presque deux heures!) qu’il a propos√© ce jeudi soir √† l’Ancienne Belgique en faisant, une fois encore, toute la d√©monstration de sa maitrise musicale et vocale avec une setlist vari√©e et bien √©quilibr√©e. Konoba nous a fait voyager en serpentant dans les riches contr√©es de sa discographie, sans nous donner la sensation de tourner en rond ou de nous ennuyer.

√Čcrit par Jean-Yves Damien