Une douce folie dansante s’empare de l’Orangerie avec MØ

Karen Marie Aagaard Ørsted Andersen que l’on connait beaucoup mieux sous le nom de scène de MØ a sorti son dernier album, Motordrome, au début de l’année. Si vous ne connaissez pas ses albums solos, vous avez en revanche déjà très certainement entendu parler de ses collaborations incroyables avec Major Lazer, Dj Snake, Diplo, Snakehips, etc….

On se retrouve ce soir dans une Orangerie encore bien remplie et prête à accueillir l’artiste Danoise après l’avoir déjà reçue une première fois il y a…. 8 ans ! C’était le 25 mars 2014 et nous étions déjà là pour découvrir cette pépite venue du nord. Le concert n’a pas encore commencé que le public scande déjà le nom de MØ. Bon, peut-être qu’éteindre brièvement les lumières une dizaine de minute avant le début du show aura aidé à faire monter l’impatience du public et l’inciter à encourager la star à monter sur scène.

Tout comme hier, 21h00 pile les lumières se coupent pour de bon, la bande son d’intro se lance et le groupe arrive alors de manière assez détendue sur scène, déjà sous une tonne d’applaudissements. L’ingé son fait ses derniers réglages sur le premier morceau, ce qui fait que par moment sa voix passe un peu en deçà de la musique, mais ça n’a pas duré bien longtemps heureusement.


Au deuxième morceau elle s’offre déjà un mini bain de foule avec le premier rang et quand le morceau se termine elle en profite pour saluer tout le monde et nous expliquer à quel point elle est heureuse de voir autant de monde ce soir à Bruxelles. Car ça fait 4 ans depuis la dernière fois qu’elle est venue et la Danoise est consciente que les choses vont vite dans cette industrie et qu’elle aurait pu jouer devant une salle à moitié vide.
Comme expérimenté encore récemment avec Konoba, l’apport des instruments sur le un live pop / électro peuvent rendre les choses tellement plus rock, puissante, organique. Ça change des versions album et ce n’est vraiment pas pour nous déplaire, bien au contraire ! Et lorsque retenti le morceau Pilgrim, issus de son premier opus “No Mythologies to Follow” les frissons nous parcours tout le corps, c’est bon de réentendre un ancien morceau comme celui-là, dommage que ce soit le seul de la soirée issus de son premier album.

On assiste à un show presque millimétré… MØ nous sort son speech sur la fête et que pour elle en tournée les jours de la semaine n’existent plus vraiment, on peut bien faire la fête un mardi ! Elle annonce donc Lean On pour qu’on puisse faire la fête… Sauf que Lean On vient plus tard dans le set, les musiciens lui font alors remarquer et là c’est le fou rire !

On passe donc plutôt à un nouveau morceau, True Romance. Ce qui n’empêche pas le public de faire la fête sur celui-ci également, mais on verra plus tard ce que le public a dans le ventre pour le morceau en collaboration avec Dj Snake & Major Lazer
Deux morceaux plus tard, même si elle avoue être encore un peu embarrassée, voici venu le moment de la fête et donc de Lean on ! Effectivement, ce fut la grosse fiesta ! Elle viendra se mélanger à la foule lors de la fin du morceau en laissant tout le monde chanter.

On redescend ensuite sérieusement en intensité avec le titre beaucoup plus doux Run Away qui est sorti sur son album When I Was Young. Et puis le suivant repart de plus belle, avec un finale à la guitare durant lequel la Danoise se déchaîne complètement. Elle nous confie après qu’elle est trop vieille pour ça et qu’il faut qu’elle reprenne un peu son souffle. Elle en profite pour nous partager sa joie de pouvoir défendre les nouveaux morceaux en live car ils prennent une autre dimension. Et ça on peut vous le confirmer, voir MØ en concert est bien différent de l’écouter sur CD et quel bonheur !

Pour cette dernière date de la tournée Européenne, on a la chance d’avoir le morceau Wheelspin, qu’elle n’a pas joué à Amsterdam la veille, issus de son dernier album Motordrome. Après encore quelques titres on arrive au sempiternel rappel, et lorsqu’elle revient sur scène c’est simplement accompagné de son guitariste pour nous interpréter son titre avec Snakehips, Don’t Leave dans une version épurée avec une guitare acoustique et sa voix. Encore un très beau moment plein de douceur avant d’enchainer les derniers titres du concert, dont le fameux Final Song qui lui permet de trouver une transition facile pour clôturer le concert. Les derniers sauts, déhanchements, cri poussent la chanteuse à sauter dans le public et partager cette fin de show avec tout le monde n’hésitant à prendre pas mal de monde dans ses bras. Une belle conclusion à cette soirée !

Setlist :

Écrit par Gaël Rinclin