Le cinquième festin sonore de LA JUNGLE

Le duo le plus hyperactif de Belgique sort aujourd’hui son cinquième album : “Ephemeral Feast”. Celui-ci arrive un an à peine après le précédent. Cet album marque un virage important dans le style de La Jungle : plus sombre, presque inquiétant par moment mais pas moins nerveux, dansant et efficace pour autant. 

D’un point de vue chronologique cet album a été composé au printemps 2020, soit un an avant la sortie du précédent album mais surtout en plein confinement initial lié au COVID, au moment où la planète entière plongeait dans une situation inédite et inconnue, forcément un peu angoissante donc. Alors que le groupe à l’habitude de passer la majorité de son temps sur les routes d’Europe pour enchaîner un nombre impressionnant de concerts par an, la pandémie a mis un sérieux coup d’arrêt à cette dynamique à l’énergie débordante. C’est donc dans la région de Charleroi, et plus précisément au Rockerill que les deux musiciens-gladiateurs se sont retrouvés pour donner naissance à 10 titres. C’est un an plus tard que le duo est parti enregistré tout ça du coté de Honfleur en pleine campagne normande.

“Peeble Lady” – Cover de l’album réalisée par Gideon Chase avec qui le groupe collabore depuis ses débuts.

Le titre de cet album, Le Festin Ephémère en français, est une référence à peine détournée à la situation que connait notre monde à l’heure actuelle sur le plan sanitaire, économique, climatique. Après avoir festoyé allègrement et de manière excessive pendant trop longtemps, l’heure de l’addition est arrivée et la gueule de bois qui va avec est sévère ! La pochette de cet album symbolise Mère Nature en train de chanceler après avoir été malmenée pendant trop longtemps pas ses hôtes indisciplinés.

Avec ce nouvel album, La Jungle ne s’écarte pas des éléments qui ont construit son identité sonore transe-rock au fil des années. Les fans ne seront pas décontenancés, et leur public viendra peut-être même à s’élargir encore avec des compositions et des sonorités moins urgentes et frénétiques (mais il faut le dire vite). La production sonore de ce nouvel album reste cependant énorme et La Jungle ne perd pas le coté frontal qui promet encore des concerts à l’énergie hallucinante. Les riffs de guitares sont peut-être même encore plus dévastateurs et plus marquants que par le passé.

Chez Scènes Belges, on l’écrit depuis longtemps dès que l’occasion se présente, mais La Jungle est une des meilleurs choses qui soit arrivée dans le paysage musical belge ces dix dernières années. Il est urgent d’aller le constater lors de l’un de leurs nombreux concerts où le groupe joue le plus souvent au milieu du public, pour en capter au mieux l’énergie ! Il suffit de regarder leur agenda pour se rendre compte que nos voisins européens l’ont déjà bien compris !

Pour commander ce nouvel album (en vinyl, CD ou digital) et tout le reste de leur impressionnante discographie ça se passe en cliquant ICI ! Et pour leur agenda de concerts, c’est au même endroit.

Écrit par Jean-Yves Damien