BANNERS au Botanique : mention “peut mieux faire”

Initialement prĂ©vu dans La Rotonde du BOTANIQUE, le concert de BANNERS de ce mardi soir a Ă©tĂ© dĂ©placĂ© dans la grande salle de l’Orangerie. Le groupe emmenĂ© par Michael Nelson, surfe en effet sur le succès de “Where the shadow ends”, premier album sorti en 2019 et dont les streams cumulĂ©s dĂ©passent le milliard d’unitĂ©s. Après l’Ă©pisode Covid-19 qui a empĂŞchĂ© le groupe de dĂ©fendre au mieux cet album sur scène, Banners est de retour avec un EP de 5 titres dans la continuitĂ© de la pop lumineuse et entrainante qui a fait son succès, notamment avec le hit “Someone to you”. Les amateurs des plus grands tubes de Coldplay, Imagines Dragons ou One Republic ne peuvent qu’y trouver leur bonheur. On s’Ă©tonne presque de retrouver le groupe dans cette salle qui peut accueillir “seulement” 600 personnes.

C’est l’artiste amĂ©ricain WRABEL qui monte tout d’abord sur scène pour assurer la première partie. Dans un registre pop oĂą le piano occupe une place essentielle (le garçon est seul sur scène avec son instrument), il interprète ses titres aux mĂ©lodies mĂ©lancoliques et profondes avec sensibilitĂ© et conviction. Jamais larmoyant, mais Ă  fleur de peau, on se laisse charmer par les reliefs de son interpretation. Et lorsque l’on jette un Ĺ“il Ă  son CV, c’est finalement tout logiquement qu’on s’aperçoit qu’il a collaborĂ© avec des artistes aussi diversifiĂ©s que Duncan Laurence ou P!nk. On a clairement connu des premières parties moins prenantes et intĂ©ressantes. Par contre il parle encore et encore entre chaque titre. Mais ce n’est pas bien grave car le public l’Ă©coute attentivement, sans hĂ©siter Ă  rĂ©agir ci et lĂ . 

Pour le reste de la soirĂ©e, on va tout de suite lever toute ambiguĂŻtĂ© : BANNERS reste avant tout le projet et le groupe de Michael Nelson dans lequel viennent se greffer ses musiciens. Et c’est en version quatuor que le groupe monte sur scène : chant, guitare, batterie et synthĂ©. Le set commence sur les chapeaux de roues avec un premier titre oĂą le guitariste se lance dans une belle embardĂ©e Ă©lectrique (il y en aura plusieurs tout au long de la soirĂ©e) alors que la batterie est quant Ă  elle partie en mode “grand galop” rythmique. On apprĂ©cie tout particulièrement la couleur sonore rock mais très lumineuse et vivifiante de l’ensemble.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20220928_215638_edit_117104985481088-1024x768.jpg.

Par contre l’affaire se complique sur un point essentiel : la voix de Michael Nelson. Celle-ci semble fatiguĂ©e, Ă©puisĂ©e, donnant rĂ©gulièrement l’impression de frĂ´ler l’extinction. Chanter semble douloureux. Il en dĂ©coule une sensation d’irrĂ©gularitĂ© et l’impression d’un manque de justesse. Il faut dire que le mixage sonore n’arrange pas les choses avec une tendance Ă  mettre au second plan les musiciens, au profit (et dĂ©savantage dans le cas prĂ©sent) de la voix. Sans oublier la prĂ©sence sonore de la batterie qui tape trop fort et Ă©clipse le reste des instruments. L’impression sonore gĂ©nĂ©rale est donc assez brouillonne et dĂ©cousue.

Mais ce souci de justesse disparait heureusement sur les quelques titres plus épurés et posés du set. Et ca nous offre de beaux moments de grâce vocale, bien que rôde toujours cette cette crainte du moment où la voix risque de craquer. Banners reste malgré tout un de ces groupes capable de pondre des titres aux mélodies et aux rythmes accrocheurs. On peut le vérifier ce soir avec de nombreux moments où les mélodies sont reprises en chœur par un public qui connait toute la discographie du groupe. Cela offre de chouettes moments de communion alors que Michael Nelson alterne entre pas de danses frénétiques et moments plus statiques avec sa guitare acoustique.

Justement, c’est au moment oĂą il s’empare de cette guitare acoustique qu’on retrouve pas mal de titres qui auraient pu figurer sur les deux premiers albums de Coldplay (“Yellow” et le final de “The scientist” notamment), Ă  la sortie de la britpop au dĂ©but des annĂ©es 2000. Au bout d’une grosse heure de set, c’est dĂ©jĂ  l’heure (anglaise) du rappel avec “Ghosts” et une version Ă©purĂ©e et acoustique de l’incontournable “Someone to you” chantĂ©e en chĹ“ur par les 4 musiciens et le public. Puis finalement les musiciens retournent Ă  leur instrument pour relancer le titre dans sa version qui a fait son succès. De quoi faire sautiller joyeusement toute l’Orangerie du Botanique pour une dernière fois. MalgrĂ© pas mal de jolies choses entendues, on reste sur notre faim avec une impression globale un peu dĂ©cousue au niveau sonore. Ce qui aura malheureusement gâchĂ© notre plaisir au cours de cette soirĂ©e qui aurait pu prendre une tournure carrĂ©ment Ă©pique au regard du potentiel discographique du groupe.

Setlist BANNERS – Botanique – 28/09/2022

Shine a light – If I didn’t have you – Happier – In your universe – Keeps me going – Tell you I love you – Serenade – Perfectly Broken – Half light – Name in lights – Have you ever – Got in you – Start a riot – Ghosts – Someone to you (acoustic) – Someone to you (reprise)

Écrit par Jean-Yves Damien