KODALINE et ses 2000 choristes en communion √† l’AB

C’est avec un quatri√®me album sous les bras que les Irlandais de KODALINE d√©barquent ce jeudi soir √† l’ANCIENNE BELGIQUE. Apr√®s l’√©norme succ√®s de “A perfect world”, leur premier album, le groupe a su √©viter le pi√®ge d’un succ√®s soudain qui aurait pu leur monter √† la t√™te. Ils ont ainsi continu√© √† tracer leur sillon musical, dans un registre pop-rock m√©lancolique aux m√©lodies imparables. Cela leur a parfois valu la r√©putation de groupe √† minettes. Tant pis pour ceux qui voient les choses de ce point de vue forc√©ment trop restrictif. La discographie du groupe comporte une multitude de petits bijoux, certes calibr√©s pour le grand public, mais sans que cela ne se fasse au d√©triment de la qualit√©.

La premi√®re partie est assur√©e ce soir par ST. LUNDI. C’est seul et assis derri√®re son piano que le jeune homme monte sur sc√®ne pour une petite demi-heure. Il propose des titres pos√©s et m√©lodiques mais port√©s par une voix puissante, bien que parfois un peu criarde. Il se l√®ve ensuite pour prendre une guitare acoustique et notamment reprendre le l√©gendaire “Teenage Dirtbag” de Weathus qui est repris par une assistance tr√®s attentive et enthousiaste. Celle-ci n’h√©sitant pas √† participer activement en chantant √† plusieurs reprises les paroles et refrains. Tous les artistes n’ont pas la chance d’√™tre accueilli si chaleureusement.

C’est donc ensuite KODALINE qui prend possession de la sc√®ne, non pas √† quatre mais bien √† six musiciens. On note la pr√©sence d’un violoncelliste et d’un discret clavi√©riste. Un piano plus classique occupe une place centrale sur la sc√®ne o√Ļ le groupe doit se frayer un chemin au milieu des nombreux instruments dispos√©s sur de grands tapis orientaux. C’est dans une configuration sc√©nique et sonore clairement orient√©e rock et folk que Kodaline est venu ce soir. Les musiciens entrent en sc√®ne un √† un pour entamer le set avec “Wherever you are”, titre d’ouverture du dernier album. Avec “Sometimes”, ce sont les deux seuls extraits de cet album qui seront jou√©s ce soir.

Comme beaucoup d’artistes en tourn√©e pour l’instant, il s’agit de livrer des concerts qui ont √©t√© programm√©s il y a parfois plus de deux ans pour promouvoir la sortie d’un album sorti avant le Covid en 2019 ou 2020. Ces albums ont entre temps d√©j√† pris quelques rides. Kodaline fait partie du lot et ne s’attarde donc pas vraiment sur le dernier album en date, et va explorer majoritairement ses deux premiers albums. Le concert prend donc des airs de “best-of”. Il ne faut d√®s lors pas attendre bien longtemps pour que la grande chorale de l’AB ne reprenne en chŇďur les paroles et refrains de presque chaque titre, r√©v√©lant le caract√®re m√©lodique et efficace de la discographie du groupe. On vous laisse imaginer ce que cela peut donner sur un titre comme “All I want”, mais on y reviendra.

Revenons quelques instants sur la pr√©sence d’un violoncelle sur sc√®ne. Celui-ci vient donner une dimension classique et presque symphonique √† pas mal de titres jou√©s ce soir. Et l’√©quilibre des arrangements avec quelques nappes de synth√©s et discrets arrangements √©lectroniques n’enl√®ve rien √† la modernit√© de ce que le groupe propose. On sent et on entend que Kodaline a atteint une certaines maturit√© dans son identit√© sonore, avec des prises de risques et quelques incursions plus aventureuses mais toujours maitris√©es. Il y a notamment cette reprise rock’n’blues du mythique “Billie Jean” de Michael Jackson qui apporte une dimension nouvelle et tr√®s int√©ressante √† ce titre pourtant r√©put√© intouchable.

Steve Garrigan (chant, piano et guitare) centralise une bonne partie de l’attention du public bien que le groupe √©volue en formation serr√©e sur sc√®ne, ne mettant pas sous le feu des projecteurs de mani√®re excessive l’un ou l’autre de ses membres. C’est souvent tous ensemble que les 6 musiciens reprennent en chŇďur (en plus des 2000 spectateurs pr√©sents dans la salle) diff√©rents passages de chaque titre. C’est donc avec pas mal d’assurance que le groupe s’offre le luxe d’une reprise du tr√®s soul ”
Bring it on home to me” de Sam Cooke chant√©e a capella. Ce choix d√©montre l√† aussi la volont√© de Kodaline de ne pas rester dans des sentiers trop bien trac√©s. Mais ce n’est pas tout, puisque c’est sans amplification que ce titre est chant√©, n√©cessitant un silence absolu dans la salle. Et ca fonctionne m√™me si on voit que Steve Garrigan doit pousser son corps dans ses derniers retranchements pour d√©livrer toute la puissance vocale n√©cessaire √† ce genre de p√©rilleux exercice.

“High hopes” marque la fin du set principal. En rappel, Kodaline interpr√®te notamment le tr√®s contemplatif “In a perfect world” avant l’immanquable “All I want” qui transforme une derni√®re fois l’AB en une gigantesque et puissante chorale qui couvre l√† encore le chant et la musique. Les sourires se lisent sur les visages des membres du groupe. Le violoncelle joue l√† aussi pleinement son r√īle d’embellissement de ce titre pourtant d√©j√† efficacement calibr√© dans le registre √©mouvant et lumineux √† la fois.

Les groupes proposant un style pop-rock m√©lodique taill√© pour les radios sont nombreux et il n’est pas toujours facile d’√©merger de cette masse o√Ļ la qualit√© laisse parfois √† d√©sirer. Kodaline n’est peut-√™tre pas le groupe le plus expos√© m√©diatiquement mais la qualit√©, l’efficacit√© et la facilit√© (√† ne pas confondre avec simplicit√©) d’√©coute de leur discographie leur donnent toute la l√©gitimit√© pour occuper la place qui est la leur. On aurait m√™me tendance √† √©crire qu’ils sont sous-cot√©s au regard de groupes comme Snow Patrol ou Mumford and Sons par exemple. Mais il n’est pas certains que leurs titres puissent conserver cet √©quilibre entre puissance et intimit√© dans des salles de concerts de plus grandes capacit√©s. Les voir jouer dans une salle comme l’Ancienne Belgique √©tait pour nous l’√©quilibre id√©al, comme dans un perfect world.

Setlist – KODALINE – Ancienne Belgique – 6 octobre 2022

Wherever you are – Ready – Brand new day – Brother – Billie Jean (reprise de Michael Jackson) – The one – Moving on – The Answer – Love like this – Sometimes – Love will set you free – High hopes – Bring it on home to me (reprise de Sam Cooke) – In a perfect world – Everything works out in the end – All I want

√Čcrit par Jean-Yves Damien