Double t√™te d’affiche pour une soir√©e bien dark au Botanique.

Grosse soir√©e dans l’Orangerie du Botanique avec les concerts de¬†Liturgy et¬†Lingua Ignota. On a d√©j√† pu assister aux deux shows cette ann√©e au Roadburn festival et malheureusement nous n’avions pas du tout √©t√© conquis √† l’√©poque… Peut-√™tre √† cause du timing pour ces deux prestations, mais quoiqu’il en soit, nous avons d√©cid√© de refaire le d√©placement pour tester √† nouveau l’exp√©rience, car on sent qu’il y a quelque chose…

Pr√©sentation du premier projet de la soir√©e avec Liturgy, groupe de Black Metal venant tout droit de BrooklynNew-York. Initialement c’√©tait un projet solo de Hunter Hunt-Hendrix cr√©√© au milieu des ann√©es 2000, avant de se transformer en un quatuor. Ils sortent leur premier album Renihilation en 2008 et leur derni√®re production, As the Blood of God Bursts the Veins of TimeEP de 4 titres est quant √† lui sorti cette ann√©e. Ils ont connu un changement de line-up en 2019 avec les arriv√©es de Mario Miron √† la guitare, Tia Vincent-Clark √† la basse et Leo Didkovsky √† la batterie.

Ensuite ce sera au tour de Lingua Ignota, alias Kristin Hayter, originaire de Lincoln, Rhode Island aux Etats-Unis de monter sur sc√®ne. Elle a malheureusement subi beaucoup de traumatismes, aussi bien psychologiques que physiques durant une grande partie de sa vie, ce qui peut expliquer le c√īt√© tr√®s sombre de son univers. Elle a sorti son premier album “Let the Evil of His Own Lips Cover Him” en autoproduction en 2017, et le dernier en date “Sinner Get Ready” est quant √† lui sorti en 2021 sur le label Sargent House. Sachant mieux ce √† quoi nous allions assister, en connaissant beaucoup mieux les artistes et les morceaux, on √©tait pr√™t et impatient que √ßa d√©marre.

La soir√©e commence donc avec Liturgy, dont la timidit√© au micro lors des communications avec le public contraste violemment avec leur musique et le chant black m√©tal de la plupart des morceaux. Pas de d√©cors particuliers, les 4 musiciens sont en formation classique sur sc√®ne et l’image est projet√©e sur le fond. On note d√©j√† pas mal de monde dans la salle, il est clair que les deux groupes de ce soir sont attendus. Cette fois-ci on a droit √† un set plus classique du groupe, ils ne jouent pas en int√©grale leur dernier album. On ne vous cache pas que c’est pour notre plus grand plaisir d’avoir un set diff√©rent de ce qu’on a eu en avril. √áa secoue violement la nuque dans le public et on se fait d√©foncer par la double p√©dale avec grand plaisir ! On est franchement transport√© par la musique et le chant particulier du frontman.

En milieu de set nous avons droit √† un morceau du premier EP, Immortal Life, sorti en 2007. Le dernier morceau jou√© est issu de l’EP sorti cette ann√©e, un long morceau progressif. Ils annoncent par la m√™me occasion la sortie d’un nouvel album l’an prochain qui devrait se nommer 93696.

Apr√®s un passage √©clair au bar pour se prendre un rafra√ģchissement, retour direct dans la salle car comme dit plus haut, les deux prestations de ce soir sont attendues et il y a pas mal de monde qui est rest√© dans la salle √† attendre Lingua Ignota.

Ambiance pesante et lourde en d√©but de prestation. Kristin Hayter dispose doucement ses √©clairages sur sc√®ne, dans un calme et un silence qui sont rares pour un d√©but de concert. Apr√®s cette mise en place sc√©nique, Lingua Ignota d√©marreavec le titre Many Hands issus de son dernier opus Sinner Get Ready, suivi par le seul morceau qui provient de son pr√©c√©dent album, Galigula, elle joue son fameux titre Do You Doubt Me Traitor. Les images projet√©es et la sc√©nographie sont aussi d√©rangeantes que po√©tiques et les diverses √©motions √©manant de la chanteuse sont v√©ritablement palpables. On sent tout son mal-√™tre quand elle d√©clame les textes de ses chansons, l’intensit√© qu’elle parvient √† nous transmettre peut paraitre malaisante √† certains moments, ce qui nous aura certainement r√©but√© un peu la premi√®re fois, mais maintenant que nous y sommes mieux pr√©par√©s, on peut se le prendre de plein fouet et “appr√©cier“.

Apr√®s une bonne demie-heure de set elle descend de sc√®ne pour continuer √† chanter dans le public, √©clair√©e d’une des lampes qu’elle a install√©e plus t√īt. Cet √©change avec le public qui n’est pas forc√©ment au premier rang permet √† plus de monde de ressentir au plus pr√®s les √©motions que transmets Lingua Ignota. Lors de ce passage parmi le public, on sent un regain de vigueur et le set semble alors moins sombre que sur le d√©but. Cette sensation continue au fur et √† mesure que le set continue et on “respire” un peu plus, l’ambiance est un chouilla moins pesante.
Le set se termine avec une tr√®s belle reprise du titre Jolene de Dolly Parton, morceau appr√©ci√© d’une majorit√© mais dont la signification prend un tout autre sens avec l’interpr√©tation de Lingua Ignota. Donc au final, nous avons beaucoup, BEAUCOUP, plus appr√©ci√© les deux sets ce soir au Botanique que lors du Roadburn, la soir√©e √©tait intense et il nous faudra quelques jours pour redescendre r√©ellement de celle-ci mais on est bien content de s’√™tre laiss√© tenter une deuxi√®me fois pour revoir ces artistes !

SETLIST :

√Čcrit par Ga√ęl Rinclin