L’√©clatante nuit australe de XAVIER RUDD √† l’AB

Alors que le mois de novembre et sa grisaille se sont empar√©s de la Belgique depuis quelques jours maintenant, l’Ancienne Belgique accueillait ce mardi soir l’Australien XAVIER RUDD pour le premier de ses deux concerts pour lesquels les places se sont vendues quasi instantan√©ment. Rien de surprenant quand on sait qu’il avait d√©j√† rempli 3 fois l’AB en 2018 . A la crois√©e de la BO incantatoire d’Into The Wild d’Eddie Vedder, des paysages sonores contemplatifs de RY X et de la bouillante folk de The John Butler Trio, tout en y ajoutant une touche de reggae et de sonorit√©s aborig√®nes (didjeridoo en t√™te), Xavier Rudd a combl√© et r√©chauff√© son fid√®le public durant plus de deux heures.

Le programme est charg√© ce soir puisque c’est √† 19h30 que BOBBY ALU, qui assure la premi√®re partie monte sur sc√®ne. √áa ne fait pas 30 secondes qu’il est l√† qu’il s’embarque d√©j√† dans une √©norme cavalcade rythmique √† l’aide de son djembe. Mais c’est surtout avec sa guitare acoustique, sa voix et ses m√©lodies qu’il emm√®ne le public pour un tr√®s ensoleill√© voyage sonore au cŇďur des √ģles paradisiaques du Pacifique. La fin de son set prend la forme d’une d√©monstration de percussions en tout genre qui fait danser et chanter le public de l’AB.

Du haut de ses 44 ans, c’est avec d√©j√† 20 ans de carri√®re au compteur que XAVIER RUDD vient pr√©senter sur sc√®ne “Jeanc Juc Moon” son dernier album en date. La setlist de ce soir s’articule donc principalement autour de celui-ci, mais aussi de son album “Spirit Bird” sorti il y a 10 ans. Ces deux albums repr√©sentent √† eux deux pr√®s de 3/4 des morceaux jou√©s ce soir. Un choix qui peut surprendre alors que le gar√ßon poss√®de une discographie riche de 10 albums studios aux multiples couleurs et nuances indie-folk. Les lumi√®res s’√©teignent donc et le public se met alors instantan√©ment √† gronder d’enthousiasme alors que la salle est plong√©e dans une √©paisse fum√©e rouge√Ętre, comme la terre et la poussi√®re des terres sauvages d’Australie. On entend des cris d’aigles dans les enceintes. Xavier Rudd entre sur sc√®ne dans la p√©nombre et s’installe derri√®re sa batterie sur laquelle sont √©galement fix√©s deux didjeridoos.

Le concert peut alors commencer avec le titre “I’m eagle”. La voix est puissante et a√©rienne √† la fois. Les percussions sont lentes et hypnotiques. Lorsque Xavier Rudd se met √† souffle dans ses didjeridoos l’immersion en terre australe est totale, port√©e par les vibrations et sonorit√©s singuli√®res de ces instruments. Les lumi√®res √©clairent la sc√®ne dans un joli feu d’artifice multicolore, alors qu’en fond de sc√®ne on retrouve une toile √©norme √©voquant la pochette du dernier album en date, entre faune et flore exotiques. Il en sera de m√™me tout au long de la soir√©e, avec pour chaque morceau d’√©clatants et chauds tableaux de lumi√®res.

Xavier Rudd d√©gage une sorte d’aura qui le place dans la position d’un bienveillant pr√™cheur venu nous vendre la beaut√© de la musique et de la vie. On le voit plusieurs fois chanter ses morceaux avec les yeux ferm√©s, et lorsqu’il regarde le public, c’est un √©norme sourire ravageur qui apparait sur son visage. V√™tu d’une salopette qui laisse apparaitre son imposant torse tatou√©, pieds nus et avec une sorte de coupe mulet, Il √©volue seul sur sc√®ne ce soir. Car oui, le gar√ßon sait tout faire : batterie, guitare, harmonica, synth√© et didjeridoo. Ce dernier instrument n’est d’ailleurs pas utilis√© √† outrance, √©vitant ainsi le pi√®ge d’un set aux airs de mauvaise caricature estampill√© world music. Et comme le mec est vraiment cool et d√©contract√©, c’est assis qu’il passe tout le concert, passant d’un instrument √† l’autre avec d√©contraction, sans se mettre la pression.

A chaque d√©but de chanson, il ne faut que quelques secondes au public pour reconnaitre le titre jou√© et pour ainsi manifester son enthousiasme. On assiste ce soir √† une communion entre l’artiste et son public. A plusieurs reprises, lorsqu’un titre s’ach√®ve, le public se met √† reprendre la m√©lodie de celui-ci et √† continuer √† la chanter longuement (sur des titres comme “Storm Boy” ou “Spirit Bird” par exemple). Tout au long du concert on assiste √† une succession de moments suspendus, presque f√©√©riques et bouillants, comme par exemple avec “Full Circle” commence tout tranquillement de mani√®re √©pur√©e avant de s’achever dans une ambiance de br√Ľlot rock. Le titre “Jean Juc Moon” est probablement le moment le plus marquant du concert, d’une beaut√© √©toil√©e et a√©rienne o√Ļ le chant habit√© et la guitare acoustique d√©licate de Xavier Rudd se m√™lent face √† une assistance dont le silence presque religieux impressionne. Un moment rare et fragile.

Xavier Rudd alterne les passages acoustiques folk avec d’autres plus rock. Il prend √©galement quelques virages plus √©lectro-tribaux, rappelant la ferveur d’un groupe comme Hilight Tribe. Il offre √©galement quelques passages en format steel-guitar aux ambiances de far-west. Il passe aussi quelques instants sur son synth√© avant qu’une √©norme infrabasse annonce une plong√©e dans le dansant et tropical univers musical du reggae et dub. C’est √† ce moment l√† que Bobby Alu, qui assurait la premi√®re partie, remonte sur sc√®ne pour un bon quart d’heure o√Ļ il va alterner entre batterie et chant/rap, notamment pour le titre “Ball and chain”. L’alchimie entre les deux musiciens-chanteurs op√®re √† merveille et est communicative puisque le public se met √† danser jusque dans les gradins.

Apr√®s presque deux heures de concert, Xavier Rudd quitte la sc√®ne mais revient pour le traditionnel rappel qui nous offre une derni√®re plong√©e dans son univers ensoleill√© et d√©contract√©. Le public en redemande mais il est d√©j√† 22h40. Xavier Rudd s’est donc m√™me octroy√© le luxe de d√©passer le pourtant tr√®s strict couvre-feu de 22h30 que l’Ancienne Belgique doit respecter. Vu les bonnes ondes qu’il aura diffus√© tout au long de la soir√©e, personne ne lui en aura tenu rigueur.

SETLIST – Xavier Rudd – AB – 08/11/2022

I Am Eagle – Full Circle – Stoney Creek – Energy Song – Sliding Down A Rainbow – We Deserve To Dream – Storm Boy – Messages/Guku – Ball And Chain – Come Let Go – Rainbow Serpent – Jan Juc Moon – Great Divine – Spirit Bird – Lioness Eye – Follow The Sun – Magic

√Čcrit par Jean-Yves Damien