Quatrième et dernière session pour « Le bar part en live ! » de la Maison de la Culture de Tournai ! C’est un artiste que nous avons eu l’occasion d’écouter en live à plusieurs reprises qui clôture ce concept : ANTOINE FLIPO ! Mais c’est dans un projet solo que nous retrouvons cette fois la moitié du duo Glass Museum.

Malade depuis 3 semaines, Antoine Flipo nous confie avoir hésité à annuler son concert mais l’artiste tournaisien, étant un peu à la maison, compte bien sur le pouvoir guérisseur de la musique et la bonne énergie de son public venu en nombre. En effet, la Maison affiche sold-out et c’est à jeux de coudes et de grands sourires qu’il faut se frayer un chemin dans le public afin de prendre quelques clichés de cette soirée.

Antoine Flipo vient nous présenter une nouvelle manière de jouer à travers ce projet commencé il y a deux ans dans le cadre d’une création pour le Botanique de Bruxelles.

Antoine crée sa musique en direct grâce à un piano à queue, un piano droit auquel il manque certaines faces, un synthé, un looper, quelques ustensiles étranges et un soupçon de boucles sonores préenregistrées : pas de réécoute possible sur Spotify, il faut profiter maintenant, en live, de ce que cet artiste nous offre ! Ses morceaux n’ont même pas de noms, poussant le concept d’expérience unique à son paroxysme. Une soirée à ses côtés est donc une réelle expérimentation à vivre plus qu’un concert qu’on puisse raconter…

Comment alors mettre en mots la course musicale de ce pianiste, claviériste, réel bidouilleur du son ? Il repousse, avec brio, les limites de son piano en en faisant émaner de nouvelles sonorités qui n’ont pas pour autant des résonances classiques. Il utilise ainsi ce qui l’entoure pour nous emmener à travers des contrées parfois plus orientales, parfois plus occidentales, mais toujours à la croisée entre néoclassique et électronique.

Cordes pincées ou grattées, parois tapotées, … l’artiste n’utilise pas uniquement les touches de ses pianos pour créer et nous amener dans son univers singulier qui sait charmer ses attentifs auditeurs. Antoine Flipo nous fait voyager avec une simplicité et une fluidité déconcertante, s’arrêtant quelques fois pour échanger avec le public et lui expliquer son cheminement ingénieux.

La fièvre qui abattait l’artiste quelques heures plus tôt n’aura pas mis longtemps à être remplacée par la fièvre créatrice et la chaleur humaine…

La soirée est intense. Antoine Flipo nous bouscule, nous emporte et nous transporte en nous faisant vivre sa musique. La façon dont il se laisse « absorber » par ce qu’il joue apporte une profondeur supplémentaire. Nous sommes alors là, à le regarder se contorsionner entre ses différents instruments, presque sans oser respirer, de peur de casser ce parfait équilibre sonore, de peur de perturber l’émotion dégagée par cette performance.

Une expérience de 80 minutes qui se termine sous un tonnerre d’applaudissements et la promesse d’un album solo à venir…

Écrit par Morgane Lambert