Nous voici dans la récente salle de la Sucrerie à Wavre pour le premier gros concert rock organisé en ce lieu. Pour placer un peu de contexte, c’est particulier pour nous car nous vivons vraiment très proche de la salle et du coup quel plaisir de pouvoir venir à un concert à pied en moins de 10 minutes ! De plus, nous avons eu la chance d’avoir une interview avec le groupe plus tôt dans l’après-midi, un moment très agréable qui sortira dans les jours à venir.

Ces considérations misent à part, on constate en arrivant que le parking est blindé et c’est une très bonne chose, il faut que ce genre d’initiative se reproduise à l’avenir. Maintenant place au concert !

Nous avons découvert Therapy? il y a près de 20 ans lors de feu l’Octopus Rock Festival et une journée passée complètement sous la pluie. Pour en avoir discuté avec eux dans l’après-midi, même le chanteur se rappelait ce concert et des conditions dantesques que nous avions subies. Et c’est lors de cette performance que le groupe nous a soufflé, l’énergie qu’ils ont été capable d’insuffler à travers leurs morceaux à l’époque nous avait laissé bouche bée. Depuis, nous les avons revus à plusieurs reprises que ce soit en salle ou festival et jamais au grand jamais nous n’avons été déçus par une prestation des Nord Irlandais.

Le groupe débarque sur scène et balance They Shoot the Terrible Master, un de nos morceaux préférés du nouvel album Hard Cold Fire ! Comme ça, bim bam boum d’entrée on ne s’y attendait et en vrai, ça fait terriblement plaisir de démarrer le concert comme ça ! Après cette introduction musicale, le groupe n’hésitera pas à interagir avec l’audience, précisant que c’est la première fois qu’ils viennent dans la ville de Wavre et qu’ils ont eu la chance de pouvoir la visiter un peu cette après-midi. Le trio a vraiment l’air heureux d’être là et de jouer pour la première fois ici, après autant d’années on peut se douter qu’un peu de nouveauté ne fait jamais de mal. Le bassiste, Michael McKeegan, est hyper souriant tout au long du concert et échange beaucoup avec le public de son côté de la scène. Les morceaux s’enchainent sacrément bien et l’ambiance ne fait que monter crescendo, on sent toutes les années d’expériences du groupe sur scène pour manier ça de main de maitre. Un petit peu de bavardage balancé tous les deux ou trois morceaux permettent de garder cette proximité avec l’audience.

La majorité de la setlist est évidemment composée du dernier album qu’on prend beaucoup plaisir à entendre en live, comme d’habitude le groupe n’hésites pas à retravailler les morceaux. Nous en avons d’ailleurs discuté avec eux dans l’après-midi, ils ne peuvent pas concevoir de fournir la même expérience en live qu’en studio, une raison de plus de ne pas hésiter à venir les voir sur scène. Aux premières notes de leur giga tube Diane (reprise du groupe punk américain Husker Dü) la salle s’embrase de plus belle et scandera le nom à chaque fois que le groupe l’y invitera, ce passage nous file des frissons. C’est à partir de ce moment-là que l’enchainement de morceau est parfaitement divin, une fin de concert en mode best-of ultime pour plaire aux fans et vous savez quoi ? Ça a PAR-FAI-TE-MENT fonctionné ! Teethgrinder avant le rappel c’est cosmique, et puis quand ils reviennent ils dédient Die Laughing à Sinnead O’Connor malheureusement décédée cet été. Petit solo de batterie de Neil Cooper pendant leur « chanson irlandaise traditionnelle » Potato Junkie et ensuite le groupe termine par l’enchainement de fou Screamager et NowhereOh là là qu’est-ce que ça fait du bien tout ça ! Le groupe nous a régalé pendant un peu plus d’une heure et demie, ils ont semblé prendre autant de plaisir que le public et l’ont partagé avec générosité. Que demander de plus pour une soirée rock réussie ? Encore une fois Therapy? ne nous aura pas déçu et on continuera de retourner les voir tant qu’ils auront la force et l’envie de tourner.

Écrit par Gaël Rinclin