Quelques pépites sans véritable tête d’affiche…

Malgré une volonté évidente de mettre en avant une scène indie alternative, il est difficile de soutenir que le Verdur Rock, plus ancien festival wallon (32 ans cette année) a fait le plein ce samedi. Vers 23 h 30, 350 à 400 personnes tout au plus se pressaient dans le Théâtre de Verdure pour supporter la tête d’affiche, The Sore Losers. Rude !

Verdur Rock 2016 “Much more than Rock’n’Roll”

Le plus ancien festival de Wallonie (32 ans !) affirme haut et fort son désir de promouvoir son identité rock, alternative et indépendante. L’asbl Z! , qui a repris avec succès les rênes du festival en 2015, mise sur les artistes émergents et les groupes d’aujourd’hui qui feront les scènes de demain. Voici le véritable ADN du Verdur Rock, ayant par le passé porté la lumière sur BRNS, Superlux, Vismets ou Alaska Gold Rush, pour ne citer qu’eux…

Jacques Stotzem: “To Rory” (acoustic tribute to Rory Gallagher)

Il était une fois un guitariste, génial guitar-hero irlandais, pétri de blues et de rock, puissant, nerveux, inspiré… Elu “meilleur guitariste” au milieu des années septante, fidèle à sa vieille Fender Stratocaster au look plus qu’usé et reconnaissable entre mille, virtuose extraordinaire… Faut-il encore présenter le regretté Rory Gallagher ?

Ecout̩ pour vous: Sirius Plan РDog River Sessions

De prime abord, à l’ouverture de la pochette de ce premier opus des filles de Sirius Plan, ce qui saute aux yeux, c’est la photo d’un (bon vieux ?) vinyle imprimée sur le cd. Sur fond de bayou, un texte se terminant par “Un micro et nous 3 devant, comme avant”. Nostalgie d’une époque où les voix et les arrangements vocaux étaient mises à l’honneur sur fond de picking, de folk et d’arrangements sobres… Tout semble déjà annoncer le contenu.