Subtil mélange avec Opeth

Il y a un an, on vous présentait (du moins pour ceux qui ne connaissaient pas encore) le groupe Opeth à l’occasion de leur concert à l’Ancienne Belgique. Ce groupe suédois de metal progressif avec leur style bien à eux nous revenait ce jeudi 15 pour un nouveau concert à l’AB.

Alors que beaucoup de groupes aiment mettre en avant leurs nouveaux titres issus de leur dernier album, ce n’est pas le cas d’Opeth. Le groupe aura choisi, pour cette tournée intitulée “25th Anniversary Tour” de faire une rétrospective sur sa carrière, mettant en avant leurs titres les plus connus et les plus appréciés! Et pour ce faire, ils ont mis le paquet!

C’est avec une extrême impatience que j’ai pris la route en direction de l’Ancienne Belgique. À peine arrivé sur place, bien avant le début du concert pourtant, je m’aperçois que la salle est déjà bien remplie, nombreux étant ceux qui attendaient le retour des métalleux d’Opeth! Comme vous l’aurez surement deviné, cette tournée ne porte pas ce nom pour rien! C’est, en effet, cette année qu’Opeth fête son quart de siècle, et le groupe semblait bien décidé à marquer le coup! Avec deux sets de prévus et sans première partie. Cette soirée s’annonçait excellente!

Opeth

Enfin, il est 19 heures, le groupe monte sur scène. Les acclamations font rapidement place à un calme inhabituel pour un concert de ce genre. Silence… Les lumières baissent, la salle reste seulement éclairée par quelques candélabres et des bougies dispersées sur les baffles et les bords de la scène. L’ambiance se pose!

Débutent alors les douces premières notes de “Ghost of Perdition”, rapidement remplacée par une guitare aggressive et un chant guttural! Retour sur une harmonieuse mélodie et une voix envoutante… On reconnait bien là le style du groupe, qui jongle littéralement entre Death Metal et Rock Progressif!

Douces berceuses aux accents trash, ou morceaux trash aux accents de berceuse, c’est selon le point de vue. Toujours est-il que ce groupe nous éblouit par son talent à alterner et à mélanger les styles, ajoutant ci et là une touche de blues, de jazz ou même parfois de folk à ses compositions. Un subtil mélange divinement composé et sublimé par la voix du chanteur, Mikael Ã…kerfeldt!

Ca ne bouge pas sur scène, le groupe reste figé, seules les projections sur les 3 écrans varient pendant le show, tout comme les lumières qui s’accordent parfaitement aux compositions du groupe. Mais ce n’est pas dérangeant. La musique du groupe est tellement immersive qu’il n’y a pas besoin d’un grand show et de musiciens survoltés pour que cette soirée soit mémorable. La musique suffit amplement!

Le premier set se poursuit, le groupe nous joue pour l’occasion l’entièreté de l’album “Ghost Reveries”. L’absence de première partie n’est pas un problème, tant les gens s’immergent dans cette première moitié du show. Un bonheur contemplatif que tous partagent. Ca headbang de temps à autre, mais chacun a les yeux rivés sur la scène, admiratif de ces virtuoses qui jouent pour nous ce soir.

Courte pause, et on reprend avec la seconde moitié, consacrée aux morceaux les plus appréciés et connus du groupe!
Le public, sorti de son état contemplatif, s’activera un peu plus, réclammant même certains morceaux aux musiciens, que ceux-ci se feront un plaisir d’interpreter (le début du moins), entre deux chansons! Une belle communion entre le groupe et ses fans!

Il serait inutile de citer tous les morceaux jouer par le groupe ce soir, mais on reconnait quand même certains de leurs plus grands classiques comme “The Grand Conjuration”, “Cusp Of Eternity” ou “Voice of Treason”. Ces morceaux, tous très différents et pourtant si semblables, s’accordant parfaitement entre eux, nous font rêver et laissent vraiment une excellente impression! On ne peut qu’être reconnaissant pour une telle sélection!

La soirée s’achève sur “The Lotus Eater”, une autre magnifique composition d’Opeth, après trois bonnes heures de show. Je reprends la route, rêveur, et la tête encore pleine de ces mélodies exceptionnelles, en ayant qu’une seule envie, les revoir le plus vite possible!

Écrit par Quentin Joveneau

Quentin Joveneau