FiTZ … tout rĂ©cent et pourtant si Ă©vident !

C’est l’histoire d’un chevalier, ou d’un roi … ou d’un fils de roi qui est chevalier … je ne sais plus. En tout cas, c’est l’histoire d’un guitariste et d’un batteur  qui eux, le savent et s’en sont inspirés pour nommer leur nouveau groupe : Fitz.

Nouveau, tout nouveau d’ailleurs puisqu’ils ont à peine une saison ! Un bébé dans le mondFitz (3)e de la musique. Un groupe qui pourtant était ce mardi en concert à Eghezée avec captation live de Canal C (on a hâte de voir ça). Pour une formation datant de cet été, c’est plutôt un très bon démarrage. Qui plus est, ce n’était que leur deuxième concert.

Jamais vus, jamais entendus … c’était donc une dĂ©couverte totale pour moi ! Je savais que c’était du rock/punk/stoner en français. C’est tout.

C’est parti pour le show ! Les morceaux se suivent et ne se ressemblent pas. La musique porte, les mots emportent et les deux ensembles transcendent. Je me surprends même à rester la bouche ouverte. Il y a dans ce set une puissance incroyable. Ca claque dans tous les sens, autant les mélodies que les textes. Je voulais du rock, j’ai été servie. Merci ! Et quand je dis du rock, je ne veux pas dire juste du gros son, mais une musique réfléchie qui envoie du lourd et des paroles qui touchent, qui condamnent, qui portent à la réflexion. Un pur moment artistique. Ce n’était pas juste beau, c’était inspirant. Ils ne sont que deux sur scène et pourtant ça décoiffe. Le summum viendra (et reviendra en rappel yes !) avec le morceau « La Pèche Aux Morts ». Titre tragique inspiré de l’actualité dont l’intro est époustouflante, à tel point que j’en ai eu des frissons.

Un show impeccable digne d’une tournée bien rodée.

Sur que ces deux-là onFitz (7) va en parler parce qu’ils tiennent un truc et un bon ! En plus, prolifiques comme ils sont, ils risquent d’avoir vite de la matière à présenter sur scène, peut-être peut-on imaginer un album dans quelques temps. D’ici là, on profitera d’eux en live encore et encore !

C’est donc en fait l’histoire d’une belle alchimie, de deux musiciens qui avaient envie de faire ce dont ils avaient envie. Une évidence. Fitz.Fitz (2)

Écrit par Patricia Herens