Interview JANEE – “Janee et un mélange entre le Ja et le Nee, tel l’équilibre du mélange hybride que l’on retrouve dans ma musique”

« La Belgique a du talent » écrivait-on l’an passé ! On peut dire que Janee, jeune producteur belge qui collabore déjà avec les plus grands, confirme avec brio cet adage. Repéré il y’a quelques années par Bob Sinclar, c’est avec beaucoup d’humilité et de dévotion qu’il a intégré le label plus qu’iconique de celui-ci, Yellow Production. Nous sommes partis à la rencontre de Bryan Devleeschouwer (Janee) via Zoom bien entendu, afin d’en apprendre plus sur les rouages du métier de producteur-compositeur…

 Solenn pour ScenesBelges : Salut Janee, comment vas-tu ?

Janee : Alors ça va plutôt bien, beaucoup de bonnes nouvelles et de projets arrivent !

SB : Quand as-tu commencé a faire de ta passion un métier ?

J : Alors le projet Janee date seulement de quatre ans, mais sinon on peut dire que j’ai commencé en 2008 avec mon premier single. En 2012 j’ai consacré beaucoup plus de temps à la musique, et de là, je n’ai jamais rien lâché.

SB : Le public confond souvent les métiers de producteur et compositeur, comment expliquerais-tu cela de la manière la plus simple possible ?

J : Alors je suis producteur-compositeur, dans le sens où je compose mes propres sons, mais je produis aussi pour les autres. Quand on parle de production, on parle non seulement de composition, mais surtout de direction artistique : par exemple si un artiste vient dans mon studio, j’enregistre les voix, les instruments, je mix, je masterise, et ce de manière à avoir le meilleur rendu possible. La production est un domaine encore plus technique que la composition pure.

SB : Tu travailles chez Yellow Production, label iconique de Bob Sinclar, comment s’est passée ton entrée dans ce label ?

J : En 2013, j’ai donné un concert du côté de Dijon avec un ancien projet, et je discutais avec un ami qui dans la conversation, me confie que… le parrain de son fils c’est Bob Sinclar ! Je n’en revenais pas, j’ai donc proposé à mon ami de lui envoyer quelques démos de ma part, qui ne tente rien n’a rien ! Puis un beau jour je reçois un e-mail provenant de Bob, le lendemain on s’appelle par Skype et… me voilà ! Dans la foulée on a rapidement commencé à travailler ensemble. Début 2014, on sort des singles pour lui, on expérimente, et l’année d’après, tadam *montre le single Feel The Vibe via l’écran Zoom* ! Depuis on bosse toujours à deux, avec en collaboration des compositeurs, des chanteurs…

SB : Comment voit-il le projet Janee, qui est maintenant dans son label ?

J : Il a vu ce projet comme quelque chose d’interpellant, qui a un gros potentiel, et surtout il y a cru. Parfois peut-être plus que moi. C’est donc la raison pour laquelle on a sorti « This is how I walk » sous Yellow Production.

SB : Tu cherchais un label en particulier, où l’occasion s’est présentée et tu as de suite signé chez Bob ?

J : Je cherchais beaucoup oui, j’ai longtemps hésité sur d’autres labels… Mais jamais je n’ai trouvé ce côté ‘famille’ qu’il y’a chez Yellow Production. Ça m’a tout de suite plu, et je ne regrette absolument pas ce choix ! On se fait beaucoup confiance, et on a pas de stress à avoir ou de pression inutile. Récemment on a pris l’initiative d’élargir nos relations presses à la Belgique, et du coup le nouveau single Favorite Place s’est retrouvé sur toutes les radios. Ça ne m’était jamais arrivé (rires !). Tout ça vient en grande partie de l’énergie que le label m’envoie et des rencontres que je fais au fur et à mesure, c’est pas que du “internet”. Le côté humain m’apporte beaucoup plus que ce dont j’avais pu imaginer jusque-là.

SB : Avant cela du coup tu partageais tes sons sur des chaînes YouTube ?

J : Oui, je contactais plusieurs chaînes YouTube et effectivement ça m’apportait de la visibilité. Pour être honnête, à ce moment-là, ça me suffisait je voulais juste être sur internet, et ça me convenait très bien. Je ne me rendais pas forcément compte que je pouvais autant étendre mon réseau au-delà des frontières car c’était beaucoup de travail « virtuel » avec peu de rencontres face-to-face. Je n’arrivais pas à réaliser ça, jusqu’à ce que je signe en label, que je fasse de fructueuses collaborations, et que je me déplace de pays en pays.

SB : D’ailleurs, peux-tu nous en dire plus sur la collaboration à distance sur le tite ‘On My Way’ réalisé avec OMI et Bob Sinclar?

J : Généralement on crée l’instru’ avec Bob en échangeant chacun nos idées, puis on réfléchit ensemble sur l’artiste qui va poser sa voix sur le morceau. Ici on avait eu contact avec OMI récemment, et donc on lui a proposé, puis le reste s’est rapidement enchaîné. C’était une collaboration très instinctive, on a été satisfaits très vite, ce qui est plutôt rare (rires) !

SB : Et au niveau des paroles sur ce genre de titres très électro, qui décide ?

J : Alors chez Yellow, généralement Bob Sinclar donnera toujours son avis sur les paroles. Il veut vraiment quelque chose qui correspond à son univers, si un artiste se ramène avec des paroles un peu tristes, il n’en veut pas. Il veut que du soleil et des good vibes quoi, ça doit rayonner, ça doit sonner ‘summer’… à son image quoi !

SB : Récemment tu as sorti le très dansant ‘Favorite Place’ avec Király Victor avec qui tu avais déjà collaboré auparavant. Pourquoi t’être orienté vers cet artiste plutôt qu’un autre ?

J : J’étais en session studio aux Pays-Bas, et j’ai bossé avec plusieurs artistes présents à ce moment-là. On essaye quelque chose avec Király Victor, et d’un coup je me rends compte que sa voix a vraiment quelque chose. J’ai donc gardé ce contact pour faire notamment le titre ‘This is how I walk‘. Au début j’étais mitigé, puis après que Bob m’ait donné son retour -plus que positif-, j’ai voulu lui faire confiance à 300% et ni une ni deux, on l’a sorti sous son label. Pour ‘Favorite Place‘ c’est Király qui m’a envoyé un morceau guitare-voix, j’ai travaillé dessus en réalisant un morceau très pop, très instrumental avec des guitares et tout ça, puis j’ai fini par changer totalement d’avis et proposer ce que vous entendez maintenant en radio.

SB : Pourquoi ce changement radical ?

J : J’ai fini par tout changer dans ce morceau… parce qu’entre-temps j’ai eu un contact avec Martin Garrix pour un potentiel futur single. Irréel quoi. De là, je me suis dit que tant qu’à faire, autant sortir un son qui va se rapprocher du suivant pour ne pas être en décalage total non plus, et garder une certaine continuité. J’ai modifié la base de ‘Favorite place‘ , et finalement on en est arrivés à un morceau beaucoup plus fort que la version d’origine. Un jour peut-être, je sortirais la version originale…

SB : Et l’idée de poser ce single sur un clip type western, elle est venue d’où ?

J : De base le son est assez country, car même si on a modifié l’instru on a gardé l’esprit cowboy tu vois. L’idée est simple mais efficace, et le rendu est chouette en combinaison avec les paroles. On a fait le clip en Hongrie avec une superbe équipe, celle de Király Victor, avec qui on a travaillé 24h. Puis le montage a pris moins d’une semaine même pas, donc c’était assez express !

SB : Idéalement tu aimerais collaborer avec d’autres voix aussi ?

J : Bien sûr, je n’ai pas envie de m’enfermer dans un univers précis. Bien que j’adore collaborer avec Király, j’aimerais tenter d’autres expériences aussi. D’ailleurs, pour un prochain single je vais poser ma propre voix – bon y’aura que deux phrases hein, ce n’est pas de la grande chanson – (rires) ! Ce sera un son électro-pop, très cool. Je pense que j’ai réussi à trouver un équilibre entre acoustique et musique électronique, pas trop méchant mais pas non plus trop gentil.

SB: Ce qui semble raccord avec ton pseudonyme effectivement…

J: Totalement, Janee et un mélange entre le Ja et le Nee, tel l’équilibre du mélange hybride que l’on retrouve dans ma musique. Mes morceaux peuvent autant se retrouver en clubs, radios, festivals, playlists… Alors oui c’est passe-partout mais à la fois cela me correspond énormément, même si ça m’a pris pas mal d’années avant d’arriver à trouver cet équilibre dans ce que j’entreprenais.

SB : Et des projets pour la suite ?

J : Fin du mois, je sors un morceau sous le label de Martin Garrix. C’est LA big new du moment. Je suis archi-content, tout est prêt pour la sortie, le son, les artworks… Ce sera quelque chose d’un peu plus “sombre” que notre univers habituel, qui correspond peut être plus au label de Martin Garrix (STMPD); on peut dire que c’est une chouette collaboration entre Yellow Production et STMPD. Je suis tellement impatient de cette sortie, je serais sur tous les fronts : réseaux, youtube, chaînes TV, pour ne rien manquer et profiter au max de ce moment ! Après ça, je ne pense pas sortir de nouveau morceau de suite… Je vais me poser un peu je pense, réfléchir au calme et envisager la suite en prenant le temps; choses que je ne fais jamais (rires) !

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset